Cuvette ouest : les élus locaux informés des enjeux de la fonction publique territoriale

Lundi 13 Mai 2019 - 19:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans le cadre des travaux de la deuxième session ordinaire administrative du Conseil départemental, le préfet directeur général de la fonction publique territoriale, Lucien Mouambiko, a animé, le 11 mai à Ewo, un exposé spécial en vue d’édifier les conseillers sur l’intérêt de ce projet qui s’inscrit dans la mise en œuvre de la décentralisation.

 

Développant sa communication, Lucien Mouambiko a fait savoir que la fonction publique territoriale, projet que le gouvernement caresse depuis plus d’une décennie, est l’un des maillons essentiels de la décentralisation, concept qui sous- entend une décision consistant à attribuer aux collectivités locales, notamment les conseils départementaux et municipaux, la responsabilité de gérer la vie locale sous le contrôle de l’Etat.

La fonction publique territoriale, a-t-il souligné, vise plusieurs enjeux. Elle a pour objectif de décentraliser les services étatiques au plan local, en vue de susciter la plus grande efficacité des services déconcentrés et de favoriser un développement local plus harmonieux.

Lucien Mouambiko a précisé aux élus locaux de la Cuvette ouest que la fonction publique territoriale a plusieurs employeurs. Dans sa mise en œuvre, les recrutements des fonctionnaires départementaux se fait, pour l'essentiel, au niveau des conseils départementaux et des mairies.

Ces deux entités ont la responsabilité de recruter les fonctionnaires, en tenant compte du besoin  mais surtout sur la base de la compétitivité, de l’expérience et du rendement.

A tous les niveaux, les agents sont recrutés par voie de concours direct. Peu importe le département, le concours est organisé et ouvert à tous les Congolais. Les candidats déclarés admis sont ipso facto recrutés et engagés dans le fichier de la fonction publique départementale ou territoriale.

Comme celle de l’Etat central, la fonction publique territoriale est composée de quatre catégories d’agents : A1, A2, B1 et B2. Dans le recrutement, d’après le préfet-directeur général de la fonction publique territoriale, les conseils départementaux et les mairies n’ont le droit que de recruter les agents relevant des deux dernières catégories, précisant que seul l’Etat central a le ressort de recruter les cadres supérieurs.

« Les fonctionnaires de l’Etat central et ceux de la fonction publique territoriale ont les mêmes droits et devoirs, notamment en matière de recrutement, de promotion, de nomination et ont le droit à la retraite et à la pension. Les deux agents ne peuvent avoir de complexe l’un de l’autre, car il n' y a que les statuts qui diffèrent », a souligné Lucien Mouambiko.

Vif débat autour des sources de financement

Ayant été bien édifiés, les élus locaux ont voulu savoir comment le gouvernement entend financer le fonctionnement de cette administration décentralisée, au moment où pour la moindre crise économique et financière qui a sévi dans le pays, certains conseils départementaux ont cumulé plus de vingt mois d’arriérés de salaires faute d’argent. Mais aussi du fait que ces entités peinent jusque-là à toucher leurs centimes additionnels prévus par la loi légiférant la décentralisation.

Les réponses données n’ayant pas convaincu l’assemblée locale, un débat contradictoire mais constructif a ravivé l’auditoire. En effet, les élus locaux de la Cuvette ouest ont bien peur que le projet ne soit qu’un feu de paille.

Firmin Oyé

Notification: 

Non