Danse krump : une quinzaine d’artistes se donnent rendez-vous à Paris

Samedi 19 Octobre 2019 - 16:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans les préparatifs de la compétition de danse Krump « III est » qui se tiendra du 2 au 5 avril 2020, à Paris, en France, le danseur congolais, Karel Kouelany, y participera. Il bénéficie d’une résidence dans une école de danse contemporaine, en Espagne, à Séville.

Cette résidence vient après celle passée à Flamencodanzae-studio, où il a suivi, de mai à juillet, une formation et des concours de danse dans une école de la Circacienne virginie Lavenant, à Antananarivo, à Madagascar. Le jeune performeur est chorégraphe depuis 2013 du groupe de danse krump « Armée street ». Il est en résidence du 2 au 29 octobre, en Espagne, pour se préparer à ses prochains challenges lors de cette compétition de danse krump, devenue un rendez-vous annuel incontournable où des danseurs d’une quinzaine de nationalités se rencontrent pour s’affronter en solo ou par groupes dans une ambiance surchauffée, au son de beats enivrants. 

Le performeur congolais, Karel Kouelany, s’illustre par une pratique du corps très sophistiquée qui fait de lui l’un des danseurs les plus marquants de sa génération. Pour lui, le krump n’est pas seulement « une passion mais toute une vie », a-t-il fait savoir.

Cette danse hip-hop ultra énergique née dans les quartiers de Los Angeles dans les années 2000, vulgarisée avec le film Rize du photographe David La Chapelle, est avant tout un corps-à-corps, un combat contre l’adversaire, sublimé par les codes de la danse.  Elle est non-violente malgré son apparence agressive ou la colère qui peut se lire parfois sur les visages des danseurs de Krump que l'on appelle les « Krumpers ». Elle se veut être une danse représentant la « vie » et toute sa « jouissance ». Il n’y a aucun conflit physique entre les danseurs.

Chaque krumper a son propre style et sa propre identité, difficile de trouver deux danseurs de krump qui dansent de la même façon.

Né à Brazzaville, Karel Kouélany est danseur de krump et chorégraphe professionnel. Ayant bénéficié de plusieurs prix à ce jour, le jeune chorégraphe fait maintenent partie du projet cap Congo initié par Emmanuel Dongala. Il est chorégraphe du groupe de danse krump dénommé « Armée street »

Rosalie Bindika

Notification: 

Non