Débat au Sénat : selon Hellot Matson Mampouya, l’intégration des bénévoles obéit au rythme des quotas

Mardi 26 Août 2014 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le ministre a fait cette annonce au cour de la séance des questions orales au gouvernement avec débats tenue le 26 août à Brazzaville. Cette séance a vu défiler devant les sénateurs les ministres de l’Intérieur et de la décentralisation, des Petites et moyennes entreprises, des Zones économiques spéciales,  des Transports,  de l’aviation civile et de la marine marchande.

Dans son argumentaire, le ministre de l’Enseignement primaire secondaire et de l’alphabétisation a indiqué que l’intégration à la Fonction publique de cette catégorie de personnels obéit au rythme des quotas attribués au ministère. « Chaque fois que le ministère a bénéficié d’un quota, les bénévoles ont obtenu une prise en compte importante si bien que depuis 2008, le ministère a bénéficié d’un recrutement de 8714 enseignants dont 4.797 bénévoles soit un pourcentage de 55,04% », a-t-il déclaré.

De nos jours,  a souligné  le ministre, le département compte sur le terrain 1492 prestataires et 5.299 bénévoles qui interviennent dans les établissements d’enseignement primaire. Parmi ces enseignants, 2504 ont pu bénéficier de la formation pédagogique par le biais du projet d’appui à l’éducation de base. Et aujourd’hui, le ministère travaille pour que progressivement tous ces agents bénéficient d’une intégration à la Fonction publique. Le gouvernement, a  ajouté le ministre, a conscience de l’iniquité introduite par le fait que dans certaines localités, les parents sont amenés à contribuer à la rémunération des personnels éducatifs. De ce fait, le gouvernement s’emploie à un engagement spécial au titre  du service civique qui  fera de sorte que les bénévoles sortent de la prise en charge par des parents et surtout des élus locaux pour être pris en compte par le budget du ministère.

158.724 familles embarquées 

Les sénateurs ont également abordé la question du rapatriement des ressortissants étrangers au Congo à travers l’opération « Mbata  ya bakolo »,  la question des Petites et moyennes entreprises, celle des Zones économiques spéciales, etc. S’agissant de l’opération « Mbata ya bakolo », le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation a fait savoir que celle-ci se poursuit sur l’ensemble du pays avec dans un premier temps,  la sensibilisation des populations.  Au stade actuel,  a-t-il souligné, les statistiques des étrangers en situation irrégulière partis du Congo sous forme de rapatriement ou de départ volontaire donnent 158.724 familles embarquées dans les bateaux représentant à peu près 245. 000 ressortissants de la RDC qui sont volontairement rentrés.

Enfin, au sujet des Petites et moyennes entreprises, la ministre en charge de ce département a informé les sénateurs sur la nouvelle politique adoptée  par le gouvernement dans ce cadre, celle d’accompagner les emplois pour le développement des PME. Il ne s’agit plus de donner de l’argent aux opérateurs économiques comme cela s’est fait dans le passé.

 

 

 

 

Jean Jacques Koubemba