Décès de l’artiste Sambadio : le bureau exécutif national de l’UMC prépare les obsèques du disparu

Samedi 6 Juin 2020 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Suite au décès de l’artiste musicien Sambadio de son vrai nom Dieudonné Samba, le 3 juin dernier au Centre hospitalier universitaire de Brazzaville, le bureau exécutif national (BEN) de l’Union des musiciens congolais s’est retrouvé pour mettre les choses au point afin que ce grand nom de la musique congolaise puisse bénéficier des obsèques dignes de ce nom. 

Parlant du sens de ces retrouvailles, le président du BEN de l’UMC, Magloire Bonguili dit Pape God, a déclaré à la presse : « Nous sommes réunis suite à la mort de notre confrère Sambadio. Le bureau exécutif national de l’UMC s’est réuni pour voir comment faire face à cette situation. Nous allons nous rendre d’abord vers notre ministre de tutelle pour lui annoncer officiellement la mort de Sambadio, parce que le ministre Dieudonné Moyongo était activement impliqué pour le rétablissement de Sambadio. Il avait rendu visite à l’artiste et lui avait remis une enveloppe. A l’orée de la mort Sambadio, le ministre nous avait promis de continuer à se battre pour le soutenir. Mais hélas ! Le malheur est arrivé. Nous allons nous rendre ensuite vers la famille de l’illustre artiste disparu pour mettre certaines choses au point. »

S’il y a des artistes musiciens qui ont côtoyé Sambadio depuis des décennies, Gypsie la tigresse de la musique congolaise, en est une. Elle a vécu les derniers instants de l’artiste jusqu’à son dernier souffle. Elle a expliqué ce qu’a été l’homme. « Je l’appelais le vieux Sambadio, c’est quelqu’un sur qui je me suis même basée sur ma musique. J’ai vu l’amour qu’il avait pour ce qu’il faisait, pour son travail. Malgré les difficultés c’est quelqu’un qui croyait positivement. Chaque fois qu’on pouvait, il donnait des conseils à tous les jeunes artistes. Je peux dire que c’est un collègue musicien, mais c’est avant tout quelqu’un que j’ai connu particulièrement, avec lequel j’ai vécu. Nous avons passé beaucoup de moments ensemble à Pointe-Noire », a déclaré Gypsie la tigresse.

Gypsie la tigresse s’est souvenue également de la production jumelée de son groupe « 242 » et celui de Sambadio, lors de la municipalisation accélérée de la Lékoumou à Sibiti. « Malheureusement l’Homme propose, Dieu dispose, je ne sais pas si c’est le destin, j’étais là à son chevet au moment où il a sorti son dernier mot avant qu’il meure. Son dernier mot c’était Amen. »

En effet, à la veille de sa mort, Sambadio tenait à voir ses amis artistes et particulièrement Zara Umporio, parce qu’ils ont partagé les choses ensemble. Effectivement, lorsque ses amis artistes musiciens, Quentin Moyascko, Gypsie la tigresse, le grand Rebelle et Zara Umporio, sont venus le voir ce midi-là à son chevet, lui qui ne parlait plus ni ne bougeait, a ouvert ses yeux et appelé Zara deux fois de suite. Sitôt, ses amis ont appelé un pasteur au téléphone pour prier pour lui. Comme s’il attendait ce moment, à la fin de cette prière, il a dit « Amen » et a fermé définitivement ses yeux.

Pour les artistes, c’est une bonne mort, parce qu’il est réparti chez le Père créateur à l’issue de la prière. Et pour les parents, Sambadio attendait ses vrais parents (artistes musiciens) pour mourir.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo : Les membres du bureau exécutif de l’UMC lors de la réunion (crédit photo/ ADIAC)

Notification: 

Non