Décès de Placide Lenga : la famille judiciaire se souvient encore du haut magistrat

Samedi 21 Septembre 2019 - 14:50

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La dépouille de l’ancien premier président de la Cour suprême a été exposée, le 20 septembre en matinée, au Palais de justice de Brazzaville, où tout le corps judiciaire lui a rendu un hommage digne de son rang, en présence du ministre en charge de la Justice, Aimé Ange Wilfrid Bininga.

Pour l’ancien ministre de la Justice et des droits humains, Me Aimé Emmanuel Yoka, la République vient de perdre à la fois une personnalité et un personnage. « Placide Lenga était un grand homme de droit, c’est vrai, parce que je suis fier d’avoir servi sous ses ordres comme substitut général près la Cour d’appel, lorsqu’il officiait en qualité de procureur général. Les hommes de cette envergure intellectuelle et professionnelle ne devraient pas mourir... On mourra tous, l’importance est de laisser une trace positive de notre existence sur terre… Sans la morale, sans l’éthique, l’homme n’est rien », a-t-il témoigné.

Juge à la Cour suprême, Florent Moukoko parle également d’une grosse perte pour tout le monde parce que Placide Lenga était pratiquement le patriarche de la justice congolaise au sens réel du terme. « Quand on regarde les services qu’il a rendus à son pays, il a participé à la formation de plusieurs classes de magistrats, il a même enseigné à l’Ecole nationale d'administration et de magistrature (Enam). Je garde de lui beaucoup de souvenirs particuliers parce qu’il aimait nous appeler affectueusement mes enfants, mes collègues. Ce sont des souvenirs inoubliables parce qu’il m’a enseigné à l’Enam et m’a encadré ici. Pendant que j’étais président de tribunal, j’échangeais beaucoup avec lui et il recevait tout le monde, c’était un monsieur très généreux », a déclaré Florent Moukoko.

Un projet de décret laissé en instance    

Placide Lenga avait élaboré, avant son départ de la tête de la plus haute juridiction congolaise, en mars 2018, un projet de décret qui permettrait qu’un magistrat puisse bénéficier de l’honorariat au moment du départ à la retraite. Il s’agit, en effet, du projet de décret portant attributions et privilèges attachés à l’honorariat. « Premier président honoraire parce qu’il s’agit du premier président de la Cour suprême, première juridiction du pays, c’est un projet que je vous laisse, vous sachant extraordinaire, l’ancien vice-président que j’ai connu, comme je n’en ai jamais connu d’autres. Il ne fallait plus qu’on voit ce haut magistrat, très âgé, expérimenté, aller chercher les services ondoyants et divers d’un taxi. Je pense que cette question doit être réglée avec les attributions et les privilèges attachés à l’honorariat », soulignait Placide Lenga, lors de la passation de consignes avec Henri Bouka.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Placide Lenga a quitté la terre des hommes à 80 ans/DR

Notification: 

Non