Démographie : le monde comptera 2,2 milliards de personnes de plus en 2050

Jeudi 18 Octobre 2018 - 14:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le nombre d'habitants au niveau mondial devrait croître d'ici à trente-deux ans  et plus de la moitié de la croissance - 1,3 milliard - devrait provenir d’Afrique subsaharienne, selon le rapport du Fonds des Nations unies pour la population (Fnuap), rendu public le 17 octobre à Genève, en Suisse.

La nouvelle édition de l’"État mondial de la population" du Fnuap attribue la tendance à la restriction des droits des femmes dans la région, suite au manque d’accès aux soins de santé et à l’éducation, ainsi qu'à une discrimination fondée sur le genre bien ancrée.

Cette tendance générale était à la réduction de la taille des familles, indiquant que de plus en plus de personnes choisissent le nombre exact d'enfants qu'elles souhaitent ou peuvent se permettre d'élever, a annoncé la directrice générale du Fnuap, Monica Ferro, en lançant le rapport. Et de déclarer : « Malgré la transition progressive vers une baisse des taux de fécondité amorcée en Europe à la fin du XIXe siècle, aucun pays ne peut prétendre que tous ses citoyens jouissent des droits en matière de procréation ».

Selon l’étude, il y a quarante-trois pays dans lesquels les femmes ont quatre enfants ou plus, dont trente-huit en Afrique. Dans tous les pays d’Afrique de l’est sauf cinq, moins de la moitié des femmes questionnées a déclaré préférer ne pas vouloir avoir plus d’enfants. Si les prévisions du Fnuap sont avérées, l’Afrique passera de 17% de la population mondiale en 2017 à 26% en 2050.

Sur le continent africain, les taux de fécondité sont « nettement inférieurs » dans les villes par rapport aux zones rurales, indique ce rapport qui estime que la liberté de décider du nombre, du moment et de l’espacement des grossesses peut renforcer le développement social et économique.

« Chaque année, trois cent mille femmes meurent pendant leur grossesse ou leur accouchement, parce qu’elles n’ont pas le choix en matière de santé maternelle », affirme la cheffe du Fnuap à Genève.

Chaque jour, des milliers de filles sont forcées d'avoir des enfants, entrent dans des mariages précoces et sont victimes de mutilations génitales féminines. Elles n'ont pas de choix, souligne le document. « Dans les pays en développement, six cent soixante-onze millions de femmes ont choisi d'utiliser une contraception moderne. Mais, parallèlement, nous savons que deux cent cinqante millions de personnes dans les pays en développement veulent contrôler leur fertilité et n'ont pas accès aux méthodes de contraception modernes », a fait savoir Monica Ferro.

Donner la priorité à des soins de santé maternels de qualité pour tous est essentiel, selon le rapport de l'ONU, qui souligne la nécessité de donner accès à des contraceptifs modernes, d'une meilleure éducation sexuelle et d'un accent mis sur la modification des stéréotypes masculins envers les femmes.

Néanmoins, de nombreux pays en développement ne disposent pas des ressources ou de la sécurité politique nécessaires pour améliorer la santé et les droits en matière de procréation pour tous. Ils « luttent dur pour satisfaire la demande d'éducation, la demande d'emplois, la demande de services de soins de santé accessibles à tous », a-t-elle déclaré.

Depuis que cent soixante-dix-neuf gouvernements ont souscrit à la Conférence internationale sur la population et le développement, il y a près de vingt-cinq ans, les droits des personnes en matière de procréation se sont « considérablement améliorés », témoigne l’ONU.

Josiane Mambou Loukoula

Notification: 

Non