Diaspora: le département Afrique de Sciences po Reims ouvre ses portes à un professeur congolais

Jeudi 21 Février 2019 - 14:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Brice Mankou, président de l’Institut de formation aux métiers de la ville, dispense, depuis le 1er février, le cours « d’initiation aux méthodes de techniques de sciences sociales » à l’Institut de sciences po de Reims.

Brice Mankou, professeur Sciences Po ReimsLe sociologue congolais, connu pour ses recherches au sein de l’Institut de formation aux métiers de la ville (IFMV), s’est mis dans l’ambiance internationale et académique de Sciences po Reims.

La ville de Reims est jumelée avec Brazzaville par l’accord signé, le 5 juillet 1961, entre Jean Taittinger, député-maire de Reims, et Simon Bilombo, adjoint au maire, représentant le président Fulbert Youlou, maire de Brazzaville.

Au programme, des cas concrets et leurs applications pratiques sur le terrain : « Je dispense un cours participatif qui allie théorie et pratique », explique-t-il. Les thèmes sont légion mais ceux qu’il a plutôt retenus sont axés autour de l’approche des politiques recherches / actions portant sur l’immigration, le développement durable et la politique de la ville.

Durant le cycle universitaire de ce cours, les étudiants multiplient les descentes sur le terrain à la rencontre des acteurs des différents secteurs à l’étude. Le profil visé, confie Brice Mankou, « est d’emmener l’étudiant à la capacité d’obtenir, grâce à ses recherches, les mutations des politiques publiques utiles aux sociétés du futur ».

Pour cette première année, la particularité sera de recevoir, en tant que témoin, Anatole Collinet Makosso, ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l'alphabétisation du Congo. Il viendra parler de l’expérience des politiques publiques de l’éducation en Afrique / Cas du Congo.

Brice Mankou, en association avec un groupe d’élus français en mission de coopération dans une collectivité du Congo, sont à l’origine de la création de l’IFMV. Ensemble, ils ont dégagé un consensus au questionnement « Comment appuyer la décentralisation en Afrique centrale et au Congo ? ».

Dans le même ordre d’initiatives, une université du temps libre a été créée en France. C’est une sorte de « laboratoire d’idées ouvert à tous, quels que soient l’âge, le niveau d’études, le lieu de résidence, le sexe ou la religion», explique son président. Elle s'inscrit, précise-t-il, dans la philosophie de l'éducation populaire, en appui « du partage du savoir, du savoir-faire et du savoir-vivre ».

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Photo : Brice Mankou, professeur Sciences Po Reims

Notification: 

Non