Diplomatie : Félix Tshisekedi a échangé avec le pape François au Vatican

Samedi 18 Janvier 2020 - 13:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Chaleureuse et empreinte de cordialité a été la rencontre qui a eu lieu, le vendredi 17 janvier, au Vatican entre le président de la République démocratique du Congo (RDC), Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, et le pape François.

Une rencontre qui peut être considérée, à juste titre, comme le couronnement des efforts fournis, en amont, par le cardinal Fridolin Ambongo, maître d’œuvre de l’entretien qu’ont eu les deux personnalités qui se portent grandement en estime. Située dans la continuité de la première entrevue du 5 octobre 2019 au Saint-Siège, dans la foulée de la création de l’archevêque de Kinshasa, la rencontre du vendredi 17 janvier pose les bases de la consolidation de la coopération entre le Vatican, ville-État située au cœur de Rome (Italie), et la RDC. Il a été procédé, en effet, à l’échange des instruments de ratification de l'accord-cadre signé au Vatican le 20 mai 2016 entre les deux parties sur des questions d'intérêt commun.

Toute une symbolique qui atteste d’une volonté clairement affichée, de part et d’autre, d’harmoniser une alliance ayant traversé les âges, bâtie au prix des sacrifices et d’abnégations, entre le pouvoir public en RDC et l’Eglise catholique dont les actions sociales au bénéfice de la population congolaise ne se comptent plus. Cet accord-cadre définit clairement le cadre juridique des relations mutuelles entre les deux parties, souligne leur indépendance et leur autonomie respectives tout en précisant plusieurs autres domaines d’intervention de l’Eglise catholique romaine en RDC. Moralité : l’Eglise catholique pourra enfin renouer avec ses activités caritatives et de bienfaisance, son champ de prédilection, en étant dorénavant sur tous les fronts où son assistance est requise. En outre, cet accord cadre prévoit également des accords d'application entre la Conférence épiscopale et l'État sur certaines questions d'intérêt commun.

En plus des relations entre la RDC et le Vatican, il a aussi été question, au cours de l’échange entre le Souverain Pontife et Félix Tshisekedi, de la situation politique et sécuritaire notamment à l’est du pays en proie à la valse infernale des groupes armés. « J'ai rencontré une éminente personnalité qui a une parfaite connaissance de notre pays et qui suit de près sa situation politique et sociale », s’est contenté de dire, de manière laconique, le cinquième président du Congo indépendant, sans trop de détails. Au-delà du protocolaire, le déplacement du chef de l’Etat au Vatican valait bien la chandelle pour autant qu’il aura permis de réchauffer les relations en dents de scie entretenues autrefois par son prédécesseur dont l’obstination à demeurer au pouvoir au-delà du mandat constitutionnel fut très mal perçue par la hiérarchie de l’Eglise catholique locale. Celle-ci paya un lourd tribut de ses velléités contestataires (profanation des lieux de culte, arrestation des prêtres, destruction des édifices, etc.).

Dans sa quête effrénée des soutiens extérieurs mais aussi aux fins de booster la diplomatie congolaise longtemps en hibernation, Félix Tshisekedi sait que l’Eglise catholique romaine constitue un des partenaires majeurs pour parvenir à cette fin. En plus d’un tableau offert au pape, il lui a formulé, en guise d’invitation, sa demande à visiter la RDC en 2021. Une manière de tirer un trait définitif sur un passé bruyant et d’entrevoir désormais l’avenir à travers le prisme de la raison, ou mieux de la Realpolitik.

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Félix Tshisekedi reçu par le pape François

Notification: 

Non