Disparition : Dominique Ondzé Doukaye repose pour l'éternité au centre-ville

Samedi 11 Janvier 2020 - 15:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le député de la deuxième circonscription électorale de Ouenzé et président de la Fédération congolaise de karaté et arts martiaux affinitaires (Fecoka-Ama) a été inhumé le 11 janvier à Brazzaville. Bien avant, il a reçu un dernier hommage de la nation, au Palais du parlement.

En présence des membres du gouvernement, des parlementaires, de sa famille biologique et politique ainsi que des proches, le Congo a rendu un hommage à son fils qui a commencé à servir la nation dès le bas âge.

Certains députés sont profondément consternés par la mort de leur collègue qu’ils appelaient affectueusement « l’homme du peuple ». « Je suis vraiment touché par la disparition de l’honorable Dominique Ondzé. Nous étions très proches et nous avons eu à travailler ensemble », a signifié le député Ferréol Ngassakys.

De son côté, le député de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (Upads), Jeremy Lissouba, a déploré une grande perte pour l’Assemblée nationale. Il estime que l’illustre disparu a su marquer son temps à travers ses œuvres.

Le président du groupe parlementaire PCT-Alliés, Jean Jaurès Ondélé, a regreté la perte d’un ami ainsi que d’un fidèle cadre du Parti congolais du travail (PCT). « Nous avons étudié ensemble avant de créer certaines organisations juvéniles. Je suis très proche de la famille Ondzé. Il était très organisé et discipliné dans l’exercice de ses fonctions dans le parti ».

Cette cérémonie de recueillement qui représente le dernier moment de contact entre le désormais défunt et les siens a été supervisée par le président du Sénat, Pierre Ngolo et celui de l’Assemblée nationale, Isidore Mvouba.

Président de la commission Plan, Aménagement du territoire et Infrastructure à l’Assemblée, le député  Dominique Ondzé est décédé le 2 janvier dans à Brazzaville.

Les sportifs honorent Me Doukaye

Avant l’inhumation, le corps sans vie de l’illustre disparu a été exposé, le 10 janvier, au gymnase Nicole-Oba, à Talangaï. Durant une heure, les sportifs congolais, notamment le directeur de cabinet du ministre des Sports, l’ancien ministre des Sports, Léon Alfred Opimbat, le directeur général de la Police, les présidents des fédérations et associations sportives ainsi que les pratiquants des arts martiaux ont assisté aux démonstrations des katas et techniques de combat.

Elu président de la Fédération de karaté en 2013, puis réélu en 2016 jusqu’à son dernier jour, Me Doukaye était ceinture noire. C’est sous sa présidence que le Congo a participé à plusieurs compétitions internationales, sanctionnées par diverses récompenses dont deux médailles d’or, obtenues lors des 11e Jeux africains, Brazzaville 2015.

 

Qui était Dominique Ondzé ?

Fils de feu Ondzé Atanga Bernard et de feue Kaka Hélène, Dominique Ondzé est né à Brazzaville, le 29 janvier 1957. Il a obtenu son CEPE en 1970 à l’école Saint Vincent de Poto-Poto puis son BEMG en 1977 au CEG de Madingou, avant d’obtenir un Baccalauréat G2, au Lycée technique 1er Mai. Ses etudes supérieures ont été sanctionnées par un Master of Science, en Ex URSS. Il a également poursuivi ses études aux Etats-Unis et au Canada. Dominique Ondzé a eu un parcours professionnel et politique très riche puisqu’il a occupé de hautes fonctions dans plusieurs institutions publiques. Père de huit enfants, le défunt a laissé une veuve.

  

 

Rude Ngoma

Légendes et crédits photo : 

1-Isidore Mvouba s'inclinant devant le cercueil de l’illustre disparu/Adiac 2-Les karatés rendent un dernier hommage à Me Doukaye/Adiac

Notification: 

Non