Disparition du père Léon de Saint Moulin: les obsèques prévues la semaine prochaine

Mercredi 30 Octobre 2019 - 15:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En attendant les funérailles programmées pour le 6 novembre, des messes sont organisées tous les jours, jusqu’au 4 novembre inclus, hormis samedi et dimanche à 18h30, en la chapelle Saint-Pierre-Claver de Gombe, en mémoire du prêtre jésuite belge décédé à Kinshasa, le 24 octobre.

 Le père Léon de Saint MoulinC’est avec la levée de corps de la morgue de l’hôpital du Cinquantenaire, le 5 novembre à 12h, que débutera le programme des funérailles du Révérend père Léon de Saint Moulin. Publié le  29 octobre, il prévoit, à partir de 13h, une station d’une heure trente minutes à la paroisse du Sacré-Cœur de Gombe. Ce sera le premier moment de recueillement où seront également rendus les premiers hommages à l’illustre disparu. Un privilège qui devrait revenir à la grande communauté du Centre d’études pour l’action sociale (Cépas), vu sa proximité avec l’église située à quelques mètres à peine de ses bureaux.

La dépouille du père Léon de Saint Moulin sera exposée à la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Lingwala. C’est, en effet, dans cette bâtisse que d’ordinaire sont organisés les derniers hommages et offices religieux des grands hommes de l’église catholique et où reposent les restes des défunts cardinaux Malula et Etsou. Une séance académique de deux heures, entre 15h30 et 17h30, y est prévue, pour permettre à l’Université de Kinshasa, l’Université catholique du Congo et l’Université Loyola du Congo  de rendre leurs hommages au brillant enseignant qu’a été Léon de Saint Moulin.

Il sied de rappeler que le docteur en histoire, licencié en philosophie et en théologie qu’il était fut aussi recteur du campus de Kinshasa, alors Université nationale du Zaïre.

Dans la suite du programme qui va conduire à la veillée mortuaire, il y aura une animation musicale de trois quarts d’heure suivie de l’office des défunts dont le point d’orgue sera l’eucharistie à 19h. Quant à la veillée, elle sera ponctuée par des moments de témoignages, prière et chants où défileront certainement plusieurs chorales de la capitale.

La journée du 6 novembre commencera assez tôt avec l’office des défunts dès 7h30. Cette cérémonie religieuse prendra juste une heure et sera suivie du dépôt des gerbes de fleurs. La seconde eucharistie, couplée avec l’oraison funèbre, prendra un peu plus de trois heures, soit de 10h 00 à 13h30. Cette dernière cérémonie achevée, le cortège funèbre prendra le chemin de Kimwenza où est prévue l’inhumation au cimetière de Canisius.

Un programme assez sobre à l’image du personnage réservé et effacé qu’a été l’historien réputé et démographe spécialisé en analyse sociale. Son esprit vivace et sa grande intelligence n’avaient d’égal que son humilité. D’aucuns n’auraient donc pas tort de dire qu’il est mort comme il a vécu, dans la manière la plus simple qui soit. Le bain de consolation censé mettre un terme à l’ensemble du programme sera l’occasion ultime de partager les derniers souvenirs personnels gardés de ce grand personnage, un auteur dont les nombreuses publications, articles, livres et cartes ont largement contribué à nourrir l’histoire de la République démocratique du Congo

Léon de Saint Moulin, rappelons-le, est une remarquable notoriété à partir de ses larges connaissances sur ce pays qu’il a su partager au travers de ses écrits que les Congolais gagneraient à lire. Il a laissé une documentation immense, une production utile censée porter les citoyens de son pays d'adoption qu’il avait vraiment aimé comme le sien à mieux se l’approprier.

 

Nioni Masela

Légendes et crédits photo : 

Le père Léon de Saint Moulin

Notification: 

Non