Droits : le Congo un modèle dans la promotion des peuples autochtones

Samedi 15 Août 2020 - 12:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En lien avec la Journée internationale des peuples autochtones, célébrée le 9 août, le ministre en charge de la Justice, Aimé Ange Wilfrid Bininga, a réaffirmé à Sibiti dans le département de la Lékoumou l’engagement du gouvernement d’améliorer les conditions de vie de cette population.

« Notre pays est pris, sur le plan international, comme un modèle, un exemple en matière de promotion et de valorisation des peuples autochtones », a-t-il indiqué, invitant par la même occasion l’ensemble des Congolais à faire en sorte qu’on trouve une représentation des autochtones dans les administrations publiques et privées.

Selon lui, en dehors du cadre normatif, dans la pratique, les lignes bougent vis-à-vis de la discrimination dont faisaient l’objet les populations autochtones.

En effet, longtemps marginalisés par la population bantoue qui les utilisaient comme « esclaves » pour des travaux champêtres et autres, les peuples autochtones au Congo sont désormais protégés par la loi n° 5-2011 du 25 février 2011 garantissant leur protection contre tous types d’asservissement.

Cette loi actuellement en vigueur au Congo constitue pour la justice congolaise et le pays une grande avancée, en témoigne le fait qu’aujourd’hui les autochtones bénéficient des droits fondamentaux sociaux tels que l’éducation.

 « Cette réalité nous appelle à assurer chaque année combien d’enfants autochtones partent à l’école et s’assurer également des conditions de réception de ces peuples sur l’ensemble du pays », a précisé le ministre de la Justice qui a procédé à la remise des actes de naissance aux populations autochtones vivant à Sibiti et dans les localités environnantes.

Des progrès dans l’intégration des peuples autochtones

Dans la Lékoumou où a été célébrée, cette année, la Journée internationale des peuples autochtones, des progrès notoires ont été enregistrés dans la socialisation de cette couche qui représente 25% de la population, à en croire le préfet de ce département, Micheline Nguessimi.

Brossant par ailleurs la situation des peuples autochtones dans son département, elle a indiqué que plus de la moitié des enfants autochtones manquent de scolarisation et un effectif de 10% souffre de la malnutrition chronique. « Des progrès sont toutefois enregistrés concernant leur intégration sociale et l’on note une amélioration des effectifs et des résultats aux examens en ce qui concerne les peuples autochtones », a-t-elle précisé, soulignant en outre le renforcement des capacités des acteurs impliqués dans la fourniture des services sociaux de base.

Célébrée cette année dans un contexte marqué par la pandémie de coronavirus, la Journée internationale des peuples autochtones a été, pour le ministre Aimé Ange Wilfrid Bininga, l'occasion de sensibiliser ces derniers aux mesures barrières à travers la remise des kits de protection.

 

Guy-Gervais Kitina

Légendes et crédits photo : 

Le ministre Aimé Ange Wilfrid Bininga visitant la pharmacopée des autochtones; la remise des actes de naissance aux peuples autochtones/ DR

Notification: 

Non