Durquap : le point d'avancement du projet présenté

Lundi 21 Septembre 2020 - 17:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Lors d’une conférence de presse animée le 19 septembre à Brazzaville, le responsable de la communication du Projet de développement urbain et de restructuration des quartiers précaires (Durquap), Dan Horphet Ibiassi, a fait le point du niveau d’exécution des activités.

Selon lui, à Pointe-Noire, le niveau d’exécution des travaux dans les quartiers MBoukou et Tchiniambi 1 est de 30% et 35%.  Du côté de Brazzaville, en ce qui concerne le marché Sukissa, les travaux sont exécutés à 24% et à 23,60% pour les voiries. Dans le quartier Moukoudzi-Ngouaka, dans le premier arrondissement, le niveau des travaux est de 12%.

Le chargé de la communication du Durquap a signifié qu’avec l’appui d’un maître d’œuvre sociale, la procédure de recrutement dénommée Haute intensité de main-d’œuvre (Himo), a été élaborée. Il s’agit, à cet effet, de fournir un cadre adapté et partagé pour harmoniser le processus de recrutement sur les différents chantiers, a-t-il expliqué. « Il s’agit également de décrire les procédures et les opérations relatives au recrutement. Ce manuel veut simplement servir d’outils de régulation des différentes formes de recrutement et d’utilisation des jeunes dans les quartiers », a ajouté Dan Horphet Ibiassi.

L’exécution de ce projet est essentiellement participative. Les populations sont impliquées de bout en bout car, rien ne se fait sans la participation communautaire. « Il s’agit ici d’utiliser les jeunes des quartiers dans lesquels s’exécutent les travaux », a-t-il précisé.

Dan Horphet Ibiassi a, par ailleurs, éclairé la lanterne sur l’avenue Théophile Mbemba au quartier Moukoudzi-Ngouaka. « Il ne s’agit pas de construire un marché mais plutôt d’améliorer cette voie qui est essentielle pour la vie des populations du quartier Moukoudzi-Ngouaka. Nous demandons aux populations de permettre à l’entreprise de travailler, d'accompagner le projet de façon à ce que les travaux de l’avenue Théophile Mbemba ne connaissent pas un ralentissement », a-t-il renchéri.

Exécuté dans les villes de Brazzaville et Pointe-Noire, le Projet de développement urbain et de restructuration des quartiers précaires est cofinancé par le Congo et la Banque mondiale, à hauteur de 80 millions de dollars, soit environ 48 milliards FCFA. Il vise notamment la restructuration et l’aménagement des quartiers reculés.

 

Goria Imelda Lossele

Légendes et crédits photo : 

Dan Horphet Ibiassi/ Adiac

Notification: 

Non