Économie : le taux de croissance du Congo estimé à 5,4% en 2019

Mercredi 9 Octobre 2019 - 19:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le secteur pétrolier est à l’origine de la hausse de la croissance du pays qui était évaluée à 1, 6% en 2018, selon un rapport de la Banque mondiale (BM) rendu public le 9 octobre.

« Le Congo va produire, au 31 décembre à venir, autour de cent quarante millions de barils. Les dernières informations que j’ai à ma disposition stipule qu’on pourrait tourner autour de cent trente-cinq millions au lieu de cent quarante millions. Il y a deux puits de Total qui ne sont pas en production actuellement », a indiqué le représentant adjoint de la BM au Congo, Etaki Wa Dzon.

Dénommé Africa’s Pulse, le rapport souligne que dans les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, riches en ressources, l’activité devrait croître à un rythme modéré, à la faveur d’une hausse de la production de pétrole. Les pays exportateurs de métaux doivent s’attendre à un fléchissement lié au ralentissement de l’activité minière et au repli des cours de minerais.

Mettant un accent particulier sur les initiatives en faveur de l’autonomisation de la population pauvre et des femmes, ce document invite les gouvernements de l’Afrique subsaharienne à y investir pour faire progresser la croissance qui peine à décoller.

« L’inclusion des femmes est un élément clé pour stimuler la croissance. Les décideurs africains sont confrontés à un choix crucial : poursuivre les politiques actuelles ou prendre des mesures volontaristes pour favoriser une économie plus inclusive », a souligné le vice-président de la BM pour l’Afrique, Hafez Ghanem, relevant qu’après plusieurs années de croissance décevante, la réduction de l’inégalité des chances dont sont victimes les femmes s’impose comme une solution évidente pour progresser.

Notons que l’Afrique subsaharienne est la seule région du monde pouvant se targuer d’avoir plus de femmes au profil entrepreneurial que d’hommes, sachant que les Africaines jouent un rôle clé dans l’agriculture sur le continent.

 

Lopelle Mboussa Gassia

Notification: 

Non