Économie nationale : quatre mois d’affilée de croissance négative

Mardi 14 Juillet 2020 - 19:10

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Semaine après semaine, la RDC s’enfonce de plus en plus dans la récession économique. Selon la BCC, le mois de juin 2020 s’est clôturé avec une croissance négative de – 2,4 %.  

Le pays est en pleine récession depuis le début de la pandémie à coronavirus en mars dernier. Au cours de l'une de ses dernières livraisons, la rédaction a présenté quelques chiffres repris par la Fédération des entreprises du Congo. Aujourd’hui, le tableau dressé par les participants à la réunion du comité de politique monétaire de la Banque centrale du Congo (BCC) du week-end dernier se passe de tout commentaire. En effet, hormis la croissance négative de 2,4 % à fin juin signalée dans la partie introductive, il y a aussi un « pessimisme » qui s’installe chez les entrepreneurs, ouvertement inquiets de l'évolution de la conjoncture à court terme. Le baromètre de confiance des chefs d’entreprise affiche une chute vertigineuse de 22 %. Entre-temps, il s’est observé aussi un rythme élevé de formation des prix au cours du même mois de juin 2020. En chiffre, cela représente une inflation de l'ordre de 7 % depuis le début de la covid-19 en RDC.

Face à cette situation catastrophique, la BCC a rappelé aux dirigeants la nécessité de poursuivre avec une gestion des finances publiques sur la base caisse. Par ailleurs, elle continuera à recourir systématiquement aux différents instruments de politique monétaire et de change en sa disposition pour stabiliser le cadre macro-économique en cette période exceptionnelle. Sur le plan de l'orthodoxie budgétaire dans la politique gouvernementale, l'on semble bien loin du compte avec un déficit de plus de 115 milliards de francs congolais signalé au mois de juin. L’autorité monétaire a pu couvrir partiellement ce déficit avec, d'une part, l'emprunt sur le marché local (banques commerciales essentiellement) à travers l’émission des bons du trésor pour 11,7 milliards de FC et, d'autre part, l'appui financier reçu du Fonds monétaire international. 

La situation inconfortable de l’économie nationale entraîne des répercussions certaines sur le marché de change actuellement sous pression. Le taux du dollar américain flirte déjà avec les 2000 FC sur le marché libre, alors que la BCC propose encore 1906 FC pour un dollar. Les réserves de change continuent de baisser dangereusement, se situant à 879,47 millions de dollars américains, soit 3,3 semaines d'importations des biens et services sur ressources propres. Nous y reviendrons.

Laurent Essolomwa

Notification: 

Non