Éducation : des milliers d'élèves passent le Certificat d’études primaires élémentaires

Vendredi 22 Juin 2018 - 17:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les épreuves écrites se sont déroulées ce 22 juin sur toute l’étendue du territoire national où des centaines de milliers de candidats ont été inscrits sur les listes.

Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Anatole Collinet Makosso, a, officiellement, lancé les épreuves à l’école de la Poste de Brazzaville. Il a, à cette occasion, invité les candidats à donner le meilleur d’eux-mêmes car les plus méritants passeront le concours d’entrée aux lycées d’excellence de Mbounda, dans le Niari, et d’Oyo, dans la Cuvette. En effet, à Brazzaville, ils sont 43 023 candidats en lice, répartis dans 93 centres d’examen, contre 38 911 en 2017. Cette augmentation se justifiera par le déplacement de nombreux jeunes du Pool vers la ville capitale.

Après le lancement des épreuves écrites de mathématiques, le ministre s’est ensuite rendu au centre Immaculée conception, à Ouenzé, pour encourager les 584 candidats dont 48 adultes, issus de douze écoles, qui y ont passé leur examen. Tous les candidats ont planché, pendant cette longue journée, sur les mathématiques ; la dictée et questions ; le calcul rapide ; les questions de cours et les arts plastiques.

Echos de quelques départements

Dans le département de la Cuvette, où 4 998 candidats sont inscrits, les épreuves se sont déroulées normalement, à en croire le directeur départemental de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, André Mfoura, qui a supervisé l’examen dans certains centres de sa circonscription. Même son de cloche dans les Plateaux où Raymond Mbouragon a effectué une tournée dans quelques sous-préfectures de son département qui a présenté environ 3 651 candidats.

Anatole Collinet rappelle les trois fonctions du CEPE

Interrogé par la presse à l’issue de la ronde de quelques établissements, le ministre est revenu sur les fonctions pédagogique, sociale et politique de cet examen d’Etat qui ouvre la voie au cycle secondaire premier degré. Selon Anatole Collinet Makosso, le Certificat d'études primaires élémentaires (CEPE) permet, au plan pédagogique, d’apprécier le niveau d’acquisition, d’expression de l’élève pour lui permettre de poursuivre ses études. « Au plan pédagogique, le CEPE permet à son titulaire de montrer qu’il a acquis des connaissances de base, sans lesquelles il ne peut pas poursuivre ses études. Il permet de diagnostiquer, d’évaluer, de sanctionner les connaissances acquises par l’élève dans la maîtrise de la langue d’apprentissage, maîtrise sans laquelle on ne peut pas poursuivre ses études », a-t-il expliqué.

Au plan social, ce diplôme permet à l’enfant de s’insérer dans la société et d’avoir une connaissance parfaite des problèmes sociaux. « Par l’importance des disciplines qui sont enseignées à l’école, l’apprenant peut désormais justifier d’une véritable insertion dans la société, d’une vie normale dans la société, parce qu’il aura maîtrisé les règles d’hygiène, par exemple, devant lui permettre de vivre dans la propreté, de se soigner, de vivre correctement dans son environnement », a poursuivi Anatole Collinet Makosso.

D’après le ministre, au travers du CEPE, on peut évaluer le taux d’alphabétisation dans un pays et le juger s’il a réussi à le vaincre au même titre que l’analphabétisme. « Le défi du Congo est de faire en sorte que nous ayons un taux d’analphabétisme néant. Donc, s’il reste quelque part dans le pays quelques compatriotes qui n’ont pas encore atteint ce niveau d’éducation primaire, nous avons à tout mettre en œuvre pour les amener à l’école et leur donner la possibilité », a conclu le ministre.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Le ministre lançant les épreuves à l’école de la Poste ; les candidats du centre Immaculée conception ; les candidats au CEPE adultes/Adiac

Notification: 

Non