Elections du 23 décembre: la CEEAC et le Comesa donnent leur quitus à la machine à voter

Mercredi 14 Novembre 2018 - 17:29

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les membres des deux délégations ont profité de leurs échanges, le 13 novembre à Kinshasa, avec les responsables de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pour tester et expérimenter l'outil électronique et sont sortis édifiés de cette avancée technologique réalisée par la Centrale électorale de la RDC.

Une réunion de haut niveau ayant mis autour d’une table les délégués de la Céni, de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) et du Marché commun pour l'Afrique orientale et australe (Comesa) a eu lieu le 13 novembre, au siège de la Centrale électorale, indique une dépêche de cette institution publiée le même jour. Présidant la séance au nom de son président, le rapporteur de la Céni, Jean Pierre Kalamba, a expliqué à ses hôtes dans les détails le niveau de l’évolution des opérations électorales à l’étape actuelle, à trente-neuf jours des scrutins directs combinés présidentiel, législatif national et provincial. Cette réunion faisait suite à la mission de suivi du processus électoral en RDC confiée à ces organisations africaines sous- régionales. Elle s’est avérée, pour leurs représentants, une réelle opportunité de s’imprégner des enjeux qui sous-tendent la dynamique électorale congolaise.          

En présence des membres du bureau, le rapporteur de la Céni a fait remarquer à l’intention de la délégation que les opérations préélectorales se déroulent selon les prévisions du calendrier, notamment le déploiement de toute la panoplie logistique. Poursuivant la série des réponses aux questions posées par les membres de la délégation,  Jean-Pierre Kalamba a tenu à ce qu’ils soient pleinement informés de toutes les précautions prises pour respecter la date du 23 décembre. La question d’actualité concernant ce processus, la machine à voter en l’occurrence, a figuré parmi les sujets auxquels il a répondu sans détours.

Elisabeth Mutunga, chef de département gouvernance, paix et sécurité-Comesa, par ailleurs chef de la délégation, s’est dit satisfaite de la restitution faite par le rapporteur de la Céni, estimant qu'elle a permis d’avoir accès à toutes les informations de la source la plus autorisée. « Cette séance de travail nous a permis de cerner tous les contours du niveau atteint par la Céni dans l’exécution des séquences déclinées dans le calendrier électoral avec les perspectives d’un aboutissement proche à la date convenue par toutes les parties prenantes aux élections du 23 décembre 2018. Ceci rencontre les attentes qui sont celles de toutes organisations continentales qui agissent dans l’intérêt de la stabilité et du développement des pays membres », a-t-elle déclaré à la presse à l’issue de la séance. Les membres de la délégation en ont profité pour tester et expérimenter la machine à voter et sont sortis édifiés de cette avancée technologique réalisée par la Centrale électorale de la RDC.

Ces informations ont été complétées par le président Corneille Naanga qui a tenu, malgré son agenda surchargé, à partager avec ses hôtes la somme d’informations utiles que la Céni s’emploie à communiquer aux agents électoraux en formation pour que les prochains scrutins reflètent les standards internationaux qui régissent les élections libres, démocratiques, crédibles, transparentes dans un environnement apaisé.

Le chef de l’Unité électorale au sein de la CEEAC, Daniel Pascal Elono, a, pour sa part, rappelé que son organisation travaille avec la Céni qu’elle appuie techniquement depuis longtemps en tant que partenaire au sein d’EISA. C’est la raison pour laquelle, a t-il annoncé, que le moment venu, cette organisation sous-régionale va déployer une mission d’observation électorale telle que cela a été décidé par le secrétaire général de la CEEAC.

 

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

La séance de travail entre les délégués de la Céni, de la CEEAC et du Comesa à Kinshasa

Notification: 

Non