Elevage de bœufs et de poules pondeuses: plus de cent jeunes achèvent leur formation à Oyo

Jeudi 7 Juin 2018 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Cent-dix-huit personnes, tous sexes confondus, ont pris part, du 8 mai au 6 juin, à un séminaire sur les nouvelles techniques pratiques et managériales qui leur permettront d'accroître leurs cheptels respectifs.

 

 

 

 

 

 

 

 

La formation a concerné vingt-neuf techniciens du ministère de l’Agriculture et de l’élevage et quatre-vingt-neuf éleveurs venus des deux Cuvette et du département des Plateaux.

Animée par des experts chinois en agronomie, cette formation s’est déroulée en deux phases. Le premier module, tenu du 8 au 22 mai, était axé sur l’élevage des poules pondeuses. Pendant deux semaines, ces éleveurs ainsi que leurs encadreurs ont appris de nouvelles techniques d’élevage de poules, parmi lesquelles l’incubation et la prévention épidémique. De nouvelles méthodes adaptées au milieu qui leur permettront d’améliorer aussi bien la capacité de production de la volaille  que celle des œufs de table.

Le second module, organisé du 23 mai au 6 juin, a, quant à lui, porté sur l’élevage de bovins de boucherie. A l’occasion, les experts chinois ont développé plusieurs thématiques axées, entre autres, sur la planification et le développement de l’élevage bovin ; la gestion de l’élevage d’engraissement des bovins ; la technologie de la gestion de l’élevage bovin ainsi que l’identification des herbages tropicaux.

Dans la phase pratique, les éleveurs ont visité le parc bovin du Centre d’appui technique d’Okouéssé, dans la sous-préfecture de Boundji, et celui de Ngouéné, dans le district d’Ollombo, où ils ont effectué des exercices de prélèvements sanguins sur les bœufs, des fouilles rectales, la castration non sanglante, les ports naseaux et l’analyse hématique.

« La pertinence des enseignements dispensés et l’assiduité des apprenants ont permis d’atteindre les objectifs visés, en l’occurrence le renforcement des capacités techniques et managériales de cent-dix-huit éleveurs, dont vingt-neuf techniciens provenant des services techniques du ministère de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, et quatre-vingt-neuf éleveurs volaillers et de bovins », a indiqué le directeur général de l’Elevage, Tobi Nkaya, qui patronnait la cérémonie de clôture de la formation, en présence des autorités locales.

Cette formation a été saluée par les participants, convaincus que les connaissances reçues leur permettront d’embrasser un domaine capital mais qui reste toujours négligé dans le pays.  

« J’ai une joie immense, parce qu’à travers ce séminaire de formation, j’ai appris comment pratiquer l’élevage bovin, un domaine que j’admire tant. J’ai, par exemple, appris la technique de castration et d’engraissement des bœufs. Je souhaite que ce genre de séminaire soit organisé fréquemment afin de nous permettre de bien assimiler les techniques de l’élevage bovin », s’est réjouie Maurelle Oldie Mondzomba, une étudiante en première année de communication à l’Université Marien-Ngouabi, qui veut se lancer dans l’élevage bovin.

« Quand j’ai eu vent qu’il y avait une formation sur l’élevage bovin, j’ai décidé d’y participer. Sur place, j’ai appris beaucoup de choses sur ces espèces, notamment comment faire le toucher sur une génisse, comment pulvériser le cheptel et le castrer », a confié, pour sa part, Cherville Ngamani-Mamvouli, une autre étudiante en comptabilité et gestion financière dans une école supérieure privée de gestion à Brazzaville, passionnée par l’élevage de bœufs.

Dans son mot de circonstance, le directeur général du Centre de coopération économique avec l’étranger du ministère de l’Agriculture de la République de Chine, qui a conduit la délégation de son pays, a indiqué qu’en Afrique, le Congo fait partie des pays pour lesquels la Chine tient à cœur.

 « Le gouvernement chinois attache toujours une importance capitale aux relations bilatérales avec les pays africains, dans le cadre de la coopération sud-sud. Le Congo se classe dans la liste des pays prioritaires », a affirmé le responsable chinois, Yang Yi.

Firmin Oyé

Légendes et crédits photo : 

Les experts chinois et les autorités locales lors de la clôture de la formation /Photo Adiac

Notification: 

Non