Elevage : des services vétérinaires nationaux assistés par des experts

Mardi 22 Janvier 2019 - 18:48

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Une mission de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), une structure indépendante, séjournera pendant une dizaine de jours en République du Congo sur la demande du gouvernement.  

L’objectif de la mission est de renforcer les capacités d’intervention des services vétérinaires du pays et d'améliorer l’efficacité de leurs prestations ainsi que leur mode de gouvernance, en vue de leur permettre d’assumer notamment leur mission de protection de la santé animale.

« Cette étape est la première d’un processus qui va se dérouler en quatre phases. C’est un programme phare de l’OIE qui permet d’évaluer la performance et la conformité des services vétérinaires en rapport avec les normes internationales », a déclaré le ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Henri Djombo, au lancement de la mission d’évaluation, le 22 janvier à Brazzaville.

Les produits d’origine animale représentent, d’après le ministre, la majeure partie des importations congolaises de denrées alimentaires, épuisant les réserves de change et, du fait de leur qualité douteuse, influent négativement sur la santé humaine.

Notons que les stratégies à court et moyen termes du volet agricole du Plan national de développement 2018-2022 prévoient le renforcement des capacités institutionnelles et opérationnelles du ministère et l’augmentation des capacités de production animale, y compris par le biais du métayage et l’insémination artificielle.

« L’élevage ne saurait se développer et contribuer durablement à cet objectif qu’avec des services vétérinaires performants et en phase avec la dynamique internationale édictée par l’OIE », a souligné Henri Djombo, avant de relever qu’après les récents épisodes de grippe aviaire, de maladie à virus Ebola, la place des services vétérinaires nationaux est plus que jamais importante dans le dispositif de santé publique.

Intervenant à cette occasion, le chef de mission de l’OIE, Martial Petitclerc, a tenu à préciser que ce n’est pas une mission d’inspection ni un jugement mais plutôt une évaluation.

Lopelle Mboussa Gassia

Légendes et crédits photo : 

Une vue de salle au lancement de la mission de l'OIE

Notification: 

Non