Eliminatoires Mondial 2022 : les outsiders et favoris de chaque groupe

Jeudi 23 Janvier 2020 - 20:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le tirage au sort de la phase des éliminatoires, zone Afrique de la Coupe du monde, Qatar 2022, a été effectué le 21 janvier. Le coup d’envoi de la course vers le mondial, étant donné que chaque pays connaît désormais à quoi s’en tenir et les favoris se frottent les mains au détriment des « petits pays » qui lutteront pour leur classement continental.

Les quarante équipes africaines subdivisées en dix groupes débuteront cette phase qualificative en octobre de l’année en cours. Ainsi, dans le groupe A, les champions d’Afrique (Algérie) sont ultra-favoris afin de terminer  premiers au classement et accéder ainsi au dernier tour qui aura lieu du 8 au 16 novembre 2021. Il faut toutefois suivre avec prudence le Burkina Faso qui avait poussé les « Fennecs » dans leurs ultimes retranchements, lors des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014. Les Nigériens ne se laisseront pas faire ainsi que les Djiboutiens, qui n’avaient jamais franchi le premier tour en qualification pour le Mondial.

Le groupe B présente un tableau multicolore car rien n’est acquis dans ce carré qui regroupe en lui seul presque toutes les régions d’Afrique. Si la route des Tunisiens, favoris de cette poule B, et celle des Équato-Guinéens vont se croiser puisque les « Aigles » et le « Nzalang » sont en effet également adversaires en qualification pour la CAN 2021, les pays sauront sans nul doute se mesurer pour éviter la domination unilatérale de l’un d’eux. L’équipe de Guinée équatoriale est, pour sa part, en reconstruction, comme celle de Zambie. L’ambitieuse Mauritanie, qui a disputé sa première Coupe d’Afrique des nations (Égypte 2019), rêve maintenant de goûter à la Coupe du monde. Et rien n’est impossible en football.

Groupe C : trois novices face à un habitué

Le Nigeria est la seule équipe africaine à avoir disputé les trois dernières Coupes du monde. Face à son équipe, il va trouver trois novices très excités de découvrir la plus grande compétition de football : le Cap-Vert, la RCA et le Liberia. Les Cap-Verdiens, qui ont disputé les CAN 2013 et 2015, apparaissent comme la plus sérieuse menace pour les Nigérians, même si les Centrafricains ont affiché de sérieux progrès durant les éliminatoires de la CAN 2019. Le groupe D de son côté affiche une mine très coriace avec un gout amer. En effet, le match Cameroun-Côte d’Ivoire va surement rappeler aux amoureux du ballon rond la rencontre qui a opposé les deux équipes lors du Mondial 2006.

Les Camerounais, quintuples champions d’Afrique, et les Ivoiriens, deux fois vainqueurs de la CAN, se retrouvent en éliminatoires de la Coupe du monde pour la première fois depuis celles de l’édition 2006. Les Mozambicains et les Malawiens risquent d’effectuer le tourisme dans ce groupe mais ils ne vendrons pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Le groupe E nous livre une compétition entre la région ouest et est du continent car on y trouve exclusivement le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda qui affronteront le Mali. Un franconphone contre trois anglophones, quel beau groupe ?

Le groupe F affichera le duel des deux meilleurs joueurs du continent ainsi que du championnat d’Angleterre: Mohamed Salah-Pierre-Emerick Aubameyang. Les performances des Égyptiens et des Gabonais dépendront beaucoup de celles de leurs superstars respectives, Mohamed Salah et Pierre-Emerick Aubameyang. Les deux buteurs ont souvent été en conflit avec leurs fédérations, ces dernières années. Attention, les Libyens et surtout les Angolais pourraient jouer de mauvais tours aux « Pharaons » et aux « Panthères ».

100% anglophone, le groupe G mettra aux prises les Éthiopiens, les Ghanéens, les Sud-Africains et les Zimbabwéens. Difficile de départager les nations en lice, même si le Ghana dispose davantage de talents et d’expérience que les trois autres.

Malchance ou effet de hasard ?  Comme aux éliminatoires de la Coupe d’Afrique 2021, le Congo a été encore logé dans le groupe H aux côtés du Sénégal. Le Togo et la Namibie complètent la liste. L’une des particularités de ce groupe est leur point commun, notamment le passage de Claude Le Roy dans trois des quatre équipes. Pour l’entraîneur français, ce groupe H a forcément une saveur particulière puisqu’il a dirigé les « Lions » (1989-1992) et les Congolais (2013-2015) par le passé et actuellement il dirige le Togo.

Le Maroc a la faveur des pronostics dans le groupe I après avoir disputé le Mondial 2018. La Guinée-Bissau, qui a su séduire, par moments, lors des CAN 2017 et 2019, ne doit pas être prise à la légère. La Guinée, elle, constitue un peu le facteur doute de ce groupe I. Le Soudan semble lui aussi être l’adversaire le plus faible. Tandis que le groupe J fera sûrement renaître le petit « contentieux » entre la République démocratique du Congo et le Madagascar, qui avait éliminé la RDC en huitieme de finale de la dernière CAN.

Les Léopards voudront prendre leur revanche mais les Barea ne se laisseront peut-etre pas faire. Mais les Tanzaniens et surtout les Béninois ne sont pas là pour assister à un règlement de comptes. Les « Écureuils », solides et vaillants lors de la dernière Coupe d’Afrique, ont une vraie carte à jouer. Notons que seule la première équipe de chaque groupe sera qualifiée dans la phase de barrage. Les cinq meilleures nations de cette dernière étape représenteront le continent africain du 21 novembre au 18 décembre 2022, à la vingt deuxième édition de la compétition au Qatar.

Rude Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Illustration

Notification: 

Non