Enseignement professionnel : les apprenants appelés à plus d'efforts

Mardi 22 Mai 2018 - 19:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le ministre Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes a appelé, le 22 mai à Brazzaville, les étudiants des établissements d’enseignement professionnel à faire preuve de responsabilité pour mériter leur diplôme de fin de formation.

Le ministre de l’Enseignement technique et professionnel a fait sa déclaration lors de sa descente à l’Ecole normale des instituteurs (Eni) et à l’Ecole nationale moyenne d’administration (Enma), lors des épreuves orales des examens de fin de formation.

Ces examens se déroulent pendant quatre jours. A l’Enma, dans la filière journalisme, par exemple, les étudiants seront examinés notamment sur le français, les langues nationales et la géographie des médias.    

Cependant, ceux de l'Eni seront testés sur la pédagogie générale, la pédagogie appliquée, l’alphabétisation, la déontologie et la législation, l’histoire de l’éducation et la musique.

Antoine Thomas Nicéphore Fylla Saint-Eudes a rappelé aux étudiants leur aptitude de passer l’examen de sortie. Selon lui, après avoir appris toute l’année, ils devront le prouver par la qualité de leur travail. « Je vous exhorte à bien travailler et à ne pas tenter de corrompre les examinateurs. Soyez rigoureux envers vous-mêmes, afin de mériter réellement le diplôme professionnel que vous souhaitez obtenir », a-t-il conseillé.

Il a déploré le manque de port de la cravate des étudiants de l’Enma avant d’inviter les examinateurs à être rigoureux et de prendre en compte cet aspect.

A l’Eni, le ministre a souligné la noblesse du métier d’enseignant à transmettre aux apprenants. Il a demandé aux examinateurs de ne pas être complaisants ni tolérants, parce que le diplôme obéit à des exigences et à la qualité.  

Dansces centres d’examen, les apprenants ont déclaré avoir été surpris par le calendrier. Djoé Monia Laure, étudiant à l’Enma, a déploré le retard du calendrier. « Je ne m’attendais pas à la tenue de ces oraux mais la présence du ministre me rassure. Cet examen a été une surprise, parce que jusqu’au 19 mai, le calendrier n’était pas affiché bien que l’information sur la date d’aujourd’hui ait été donnée depuis le premier semestre. Les apprenants se sont présentés au centre avec précipitation, parce que le ministère n'a pas annoncé à temps la date de ce jour. Pourtant ,les cours avaient pris fin depuis le mois de janvier », a-t-il révélé.    

Cette surprise a été également appuyée par les apprenants de l’Eni. Pour Serves Abouli, sa présence à l’établissement a été de vérifier les informations et non de passer l’oral. « Nous n’étions pas venus pour les épreuves orales ce jour, parce que l’épreuve d’éducation physique a pris fin le 15 mai. C’est une surprise de ma part de passer cet examen aujourd'hui », a-t-il dit.

Diovel Nkoumbou a répliqué que rien ne peut bouleverser sa conscience, parce que l’examen se prépare dès le premier jour de la rentrée. « Je ne partage pas l’avis de mes amis, parce que le calendrier donné par le ministère annonçait la date du 22 mai, pour les oraux. L’éducation physique n’a rien bouleversé de son côté, sinon rapproché les épreuves », a-t-il fait remarquer.   

 Une autre étudiante, Sara Moussolongo, a ajouté que l’examen sera affronté sans inquiétude. « Nous serons évalués sur tout ce nous avons appris pendant toute une année. Rien ne tombera du ciel pour nous surprendre », a-t-elle indiqué.  

Lydie Gisèle Oko

Légendes et crédits photo : 

Le ministre exhortant les apprenants à l'Eni (Adiac)

Notification: 

Non