Enseignement : une campagne pour la gratuité scolaire des enfants des policiers et militaires

Lundi 19 Août 2019 - 18:07

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La coordinatrice principale de l’ASBL Telema Mwana Mapinga, Christella Kiakuba, a procédé, le jeudi 15 août en la salle Frère Carollus du Centre des handicapés de l’avenue des Huileries dans la commune de Gombe à Kinshasa, à la campagne de quinze jours des plaidoyers pour la gratuité de l’enseignement primaire en faveur des enfants des militaires et policiers dans les écoles de camps dénommée « Mwana Mapinga Kelasi ya ofele ». C’était en présence du ministre provincial de l’Éducation, Charles Mbutamuntu Lwanga, des représentants de la présidente de l’Assemblée nationale, du gouverneur de la ville, des organismes internationaux et de quelques députés nationaux.

L’ASBL TMM a constaté avec regret le faible taux de scolarisation et la déperdition scolaire des enfants des militaires et policiers dans des écoles de camps. Selon la coordinatrice Christella Kiakuba, ce constat découle de plusieurs rencontres avec les gestionnaires des écoles, des responsables des Églises (aumônerie protestante, catholique et kimbanguiste) et des parents militaires et policiers des différents camps de la ville de Kinshasa. « Cette situation ne nous profite pas enfants des policiers et militaires et nous empêche d’espérer à un avenir meilleur », a-t-elle relevé. 

Se basant sur l’article 43 alinéa 5 stipulant « L’enseignement primaire est obligatoire et gratuite dans les établissements publics » d’autant plus que jadis l’enseignement était gratuit dans les écoles des camps alors que les conditions de vie étaient viables, l’ASBL TMM a donc initié ce plaidoyer pour la gratuité de l’enseignement des enfants des militaires et policiers au sein des écoles des camps. Il est, de ce fait, question de rappeler les responsabilités de tous les acteurs qui interviennent dans le secteur de l'éducation en République démocratique du Congo. Aussi demande-t-elle au gouvernement d’appliquer les dispositions de l’article 43 de la Constitution en commençant par des filles et fils des militaires et policiers étudiant les écoles des camps, de matérialiser les promesses du chef de l’État sur l’amélioration des conditions de vie des militaires et policiers, de viabiliser les écoles et réhabiliter les cantines scolaires dans les camps et prendre en charge les enseignants des écoles des camps.

L’ASBL TMM recommande au Parlement de voter des lois pouvant accompagner cette incise de la Constitution qui consacre la gratuité de l’enseignement et faire le suivi par des contrôles parlementaires pour s’assurer de l’effectivité de ces lois. S’adressant aux partenaires internationaux, TMM leur demande d’accompagner le gouvernement dans la mise en application de cette disposition constitutionnelle (article 43) et enfin apporter le soutien nécessaire matériel, financier et moral au secteur de l’éducation. « Profitant de cette tribune, je rends hommage au chef de l’État pour son engagement à l’amélioration des conditions de vie de nos parents et nous leurs enfants par la réhabilitation de l’école et hôpital du camp Colonel Tshatshi. Encore un remerciement à la Fondation Denise Nyakeru Tshisekedi, première dame de la République, de doter certaines écoles des camps des pupitres et réhabilitation de toitures desdites écoles », a laissé entendre Christella Kiakuba. L’on retient que l’ASBL TMM a été créée en 2013 par un groupe des jeunes, tous enfants des militaires et policiers épris de justice sociale et soucieux d’un avenir radieux de la République démocratique du Congo.

«TMM est apolitique, ayant pour but de plaider pour l’amélioration des conditions de vies de nos parents militaires et policiers passifs ou actifs, promouvoir la culture de solidarité et d’entraide mutuelle entre ses membres et redorer l’image ternie de ces derniers et conscientiser les enfants des militaires et policiers afin d’éradiquer les antivaleurs dans nos milieux des camps », a rappelé la coordinatrice Christella Kiakuba. Parmi les réalisations de cette structure depuis sa création, on peut citer la remise des kits scolaires à plus de six cents élèves des écoles des camps (EP Révérend Mayo et Saint Barbe au camp Kokolo, l’EP 5 Lufungula et Saint Bruno au Camp Lufungula ; la construction de deux salles de classe à l’Institut Laurent Désiré-Kabila du camp Kabila (ex-Camp Mobutu) ; le don des tôles pour la réhabilitation de la toiture de l’EP5 Lufungula au camp qui porte le même nom ; la sensibilisation porte-à-porte sur les infections sexuellement transmissibles (IST) et le VIH-sida sanctionnée par une conférence avec les experts du Programme national multisectoriel de lutte contre le VIH-sida pour plus de clarification.

L’ASBLTMM a aussi effectué une tournée de conscientisation et motivation des finalités de l’école primaire et humanité en payant les frais de participation de l’Enafep et examen d’État de plus de quarante orphelins des militaires et policiers. Cette structure a aussi fait un don de bassin et fonds de commerce aux veuves du camp Badara et s’est aussi organisée pour une conscientisation des filles mères de Badara, etc. Dans le cadre de la même campagne, TMM a fait du porte-à-porte le samedi 17 août  au camp policier Mobutu, sensibilisant les parents à envoyer leurs enfants à l’école. Ceci, à moins de deux semaines de la rentrée scolaire prévue pour le 2 septembre 2019.

Martin Enyimo

Légendes et crédits photo : 

Christella Kiakuba et les enfants des policiers et militaires

Notification: 

Non