Environnement : le conseil d’administration du Fonds d’adaptation climatique approuve la note conceptuelle du Congo

Lundi 25 Mars 2019 - 12:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L’information a été donnée par le représentant du Programme alimentaire mondial (PAM), Jean Martin Bauer, au cours de l’audience que lui a accordée, le 22 mars à Brazzaville, la ministre du Tourisme et de l’environnement, Arlette Soudan Nonault.

« Nous sommes venus voir la ministre du Tourisme et de l’environnement avec une bonne nouvelle, celle de l’approbation par le conseil d’administration du Fonds d’adaptation climatique de la note conceptuelle du Congo pour un projet qui se déroulerait au cours des quatre dernières années. C’est une étape importante qui montre que très prochainement au Congo, on aura des ressources additionnelles qui viendront pour appuyer l’adaptation au changement climatique », a indiqué Jean Martin Bauer.

Avant d’ajouter: « Nous allons maintenant, au cours des prochaines semaines, des prochains mois, travailler sur la proposition complète qui sera présentée au conseil d’administration au mois d’octobre. Il s’agit d’un processus très important qui valide quelque part le travail qui est fait ici au Congo sur les questions climatiques. Car, les questions d’environnement, d’adaptation, d’atténuation sont une priorité importante ici au Congo et nous avons là des ressources additionnelles qui vont venir dans le pays pour appuyer tout cela ».

Cette note conceptuelle prévoit la mise en place au Congo d’activités d’adaptation au changement climatique, d’une valeur de dix millions de dollars, environ cinq milliards de francs CFA.

En effet, le changement climatique au Congo affecte les températures, les précipitations. Ce qui entraîne un impact sur les personnes les plus vulnérables en milieu rural et aussi de la population autochtone du nord du pays. Pour le Congo, il s’agira du premier projet à l’échelle dans le domaine de l’adaptation aux changements climatiques qui vise plusieurs volets. Il y a le renforcement de l’information climatique et des systèmes de vie au niveau des communautés rurales, notamment la diversification des revenus; des meilleures techniques de l’agriculture; l’adaptation des modes de consommation pour éviter que le changement climatique se traduise par une augmentation de la pauvreté et de la faim, etc. C’est pour cela que le PAM intervient dans ce domaine, a expliqué son représentant au Congo.

Les étapes à suivre 

Des analyses complémentaires en matière d’environnement et de genre devront être faites, suivies des consultations au niveau des partenaires pour élaborer une proposition complète à soumettre pour validation au conseil d’administration, en octobre prochain. L’avantage, a précisé Jean Martin Bauer, c'est qu’il y aura des projets d’adaptation qui seront mis en œuvre dans le pays pour renforcer les services météos et les services climatiques;  les capacités au niveau des petits producteurs et des communautés rurales. Les petits producteurs, par exemple, recevront un appui pour l’agriculture climato sensible. Quant aux communautés autochtones, il est prévu un appui à la diversification des activités pour qu’elles soient moins affectées par le changement climatique.

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo : La ministre du Tourisme et de l'environnement s'entretenant avec le représentant du PAM au Congo

Notification: 

Non