Exposition : « Akaa » met à l’honneur l’art contemporain africain au cœur de Paris

Jeudi 12 Septembre 2019 - 22:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Photographes, plasticiens, peintres, sculpteurs, bref les artistes africains sont en avant plan pour la quatrième édition de la foire d’art contemporain et de design africain, qui se tiendra du 9 au 11 novembre, à Paris, en France. Sur le thème « L’espace urbain comme matière et lieu de création en mouvement, où s’invente la ville de demain, son urbanisme et nos relations humaines, en Afrique et dans le monde », la richesse de cette édition prouve à quel point l’art africain séduit de plus en plus de collectionneurs étrangers.

Grand rendez-vous des passionnés ou curieux de la richesse créative du continent africain, de son rayonnement artistique à travers le monde, Akaa, unique foire parisienne dédiée à l’art contemporain et design africain, est une plate-forme culturelle où sont invités les artistes, créateurs, penseurs, professionnels de l’art africain, dont l’objectif est de dénicher, de mettre en valeur des créations africaines qui manquent de visibilité dans les médias, de pérenniser leur intérêt avec le continent et de dépasser le simple effet de mode.

Avec un programme riche de conférences, concerts, projections et de lecteurs, cette quatrième édition d’Akaa  invite à la réflexion sur des questions relatives de la vie artistique et du marché de l’art en Afrique. «  L’ambition est de créer un endroit où tous les artistes de la scène contemporaine africaine, que ce soit du marché ou de l’institutionnel puissent se retrouver, dialoguer, faire des rencontres et du business à Paris. A l’époque, c’était un vrai défi de montrer cette foire à Paris, maintenant, c’est une évidence que cette foire se trouve dans une des capitales du monde de l’art », explique Victoria Mann, fondatrice et directrice d’Akaa.

Pour cette quatrième édition, Akaa revient avec une sélection plus pointue des galeries d’art pour exposer les œuvres des artistes les plus dynamiques du continent africain et de sa diaspora. Avec plus de quarante galeries participantes et plus de cent cinquante artistes présents chaque année, Akaa s’est érigé, en quatre éditions seulement, en événement incontournable pour les collectionneurs d’art et se distingue par sa convivialité, son désir d’échanges, offrant un espace chaleureux, fluide, ouvert, propice à de nombreuses rencontres à la fois commerciales, culturelles, artistiques et intellectuelles.

"Montrer une Afrique plurielle, universelle..."

Au-delà d’une foire qui ne montrerait que des artistes africains, Akaa s’engage aussi bien à montrer les artistes issus de la diaspora qui revendiquent un lien avec l’Afrique. Cette foire internationale vise également à  montrer les artistes de partout dans le monde qui ont envie de revendiquer ce lien vers l’Afrique. « Akaa va plus loin que l’art contemporain africain. On veut vraiment montrer une Afrique qui est plurielle, une Afrique qui est universelle et qui ne se limite pas aux frontières d’un continent ; et c’est même de là que vient notre titre ‘’Also Known as Africa’’, qui veut dire ‘’Afrique’’ », renchérit Victoria Mann.

Par ailleurs, pour la fondatrice, l’art contemporain africain n’a pas de frontières, il est énergétique, abondant, fougueux, exubérant. Le marché de l’art africain est en pleine ébullition dont les créations montrent que les artistes méritent de dépasser les frontières. Selon elle, l’idée est de dessiner une carte de l’art contemporain, d’y mettre en son centre l’Afrique, et de ce centre, de voir tous les axes, tous les regards, tous les passages sud-sud et sud-nord. « Notre mission première, c’est de décloisonner et de faire les géographies de travail. Nos critères de sélection, ce n’est pas de la nationalité ou le lieu de travail, c’est un critère de revendication d’un lien à l’Afrique », poursuit-elle.

Cissé Dimi

Légendes et crédits photo : 

L'affiche de l'exposition

Notification: 

Non