Exposition : Gastineau Massamba au HCE Galerie de Saint Denis en France

Mercredi 22 Avril 2020 - 15:56

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Pour la troisième année, HCE Galerie a proposé son salon du dessin, en parallèle à celui de Paris, avec des artistes internationaux, parmi lesquels Gastineau Massamba, pour une exposition intitulée "être à l'heure du monde". Depuis le vernissage du samedi 14 mars, l’exposition s’est poursuivie jusqu’au 4 avril.

Une des oeuvres de Gastineau Massamba lors de l'exposition 2020 au HCE Galerie de Saint Denis en France "Le subjectile, c’est le papier où s’inscrit la trace, s’imprime l’encre, se dessine la déchirure ou la brûlure de cigarette, la pulsion qui atteint sa cible et frappe votre regard".

Pour l’artiste congolais, ce sont deux portraits signés par ses soins et reliés par une même griffe, SBM, les initiales de son épouse, styliste de profession, une griffe pour signer un style, et des griffes à sortir pour s’ancrer, s’engager dans le monde d’aujourd’hui.

Le dessin interroge, explore l’élaboration de cette seconde peau que sera le vêtement ou la parure, de la projection sur le subjectile du corps d’une image de soi que l’on peut habiter, investir. C’est une démarche de pensée et de réflexion sur le style, la manière d’être au monde, sur le trait continu ou le fil qui relie à la nature, à l’art, à l’histoire.

GFM connaît bien l’histoire de l’art et les problématiques du portrait ; son travail consiste à concentrer du corps ses forces et ses énergies en quelques lignes, motifs ou couleurs, à lui donner une intensité particulière.

De l’aquarelle délavée laissant flotter quelques taches de noir subsiste une ombre qui vient nimber la silhouette, qui semble suinter du papier. Les mains disproportionnées exhibent les phalanges cernées de noir, vouées à prendre, apprendre, comprendre, produire, penser, toucher, nouer des contacts, un vrai visage de l’individu. Car le visage, lui, porte l’angoisse de passer dans les portillons de reconnaissance faciale ; des lunettes pour voir, mais surtout pour faire valoir le besoin d’être connecté de la manière la plus sophistiquée.

Le personnage féminin obéit à une construction extraordinaire autour d’une ligne « serpentine » et un mouvement giratoire qui va de la main droite à la valise et l’entraîne dans des circulations audacieuses ; deux soleils lui font une poitrine de lumière, lui donnent une présence astrale, retombent en sept alvéoles sur la manche bouffante et les sept autres de la jupe aérienne. Partout, du stylo à bille nerveux pour faire varier la présence à soi et à son image, des touches de couleurs utilisées par les peintres, de la sanguine de Degas pour souligner une cambrure…

Le dessin amorce la ligne suivie par l’artiste : le contact intime avec la main dans le travail, le trait comme le fil porte la matière, la sensualité, l’agencement des choses ; la distanciation introduite préserve la profondeur insondable et le mystère de cette approche du monde.

Né à Brazzaville, Gastineau Massamba suit une carrière d’artiste international en multipliant les possibilités de porter l’art : dessins, performances, extraordinaires coutures sur toile, sculpture. Si ses productions sont actuellement exposées dans la Galerie Anne de Villepoix, il travaille le plus souvent sur ses créations dans son atelier de Montreuil. Gastineau Massamba

Hce Galerie

7, rue Gibault - 93200 Saint-Denis 

06 20 78 91 54 // 06 81 94 63 06

studiohcecreation@gmail.com 

www.hcegalerie.com 

Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Une des œuvres de Gastineau Massamba lors de l'exposition 2020 au HCE Galerie de Saint Denis en France Photo 2 : Gastineau Massamba

Notification: 

Non