Festim Brazza : la deuxième édition prend ses quartiers à Nkombo

Mardi 6 Août 2019 - 15:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La seconde édition du festival d’images de Brazzaville (Festim Brazza) a été lancée par la ministre du Tourisme et de l’Environnement, Arlette Soudan-Nonault, marraine de l’édition, à l’esplanade du Centre national de radio et de télévision (CNRTV) à Nkombo, dans le neuvième arrondissement de la ville capitale, Djiri.

Après l’école de peinture de Poto-Poto, site qui a abrité la première édition, le Festim Brazza s’est déporté à Nkombo pour la tenue de sa deuxième édition sur le thème : « Potentiel touristique, brassage culturel à travers la coopération, vecteur d’une vraie diversification économique pour le développement de la République du Congo ». La cérémonie d’ouverture de ce festival dont la clôture est prévue pour le 10 août prochain s’est tenue en présence des chefs de mission diplomatique de la Côte-d’Ivoire et de l’Angola, ainsi que des représentants des ambassades des pays partenaires à son organisation.

Le promoteur- administrateur général de Festim Brazza, Claudio Sama Kenegue, a annoncé que ce festival vise à promouvoir le tourisme culturel à travers la diplomatie. C’est une première de ce genre au monde consacré pour offrir à chaque pays ayant des relations d’amitié et de coopération aux travers de leurs ambassades accréditées en République du Congo une tribune afin de faire la promotion infrastructurelle, culturelle, touristique, économique et surtout historique de leurs pays respectifs, a-t-il déclaré.

D'une façon plus claire, les ambassades en poste à Brazzaville sont invitées à faire la promotion de leurs pays ainsi que le gouvernement congolais à faire la promotion de son potentiel touristique, culturel, environnemental, infrastructurel et économique. Le site du CNRTV a été choisi non seulement pour plaire aux riverains mais aussi dans le cadre de la promotion de l’espace qui détient tout son allure, son succès et son charisme à cet imposant édifice en verres bleus, symbole de la coopération entre le Congo et la Chine et surtout de l’histoire de la télévision congolaise. Car, télé Congo fut la toute première chaine de l’époque de l’Afrique équatoriale française (AEF), donc de la sous-région.

Le promoteur du Festim Brazza a congratulé la ministre, pour avoir permis la création des emplois directs à dix jeunes et indirects à vingt-trois autres dans le cadre de l’organisation de cette activité. Il s’agit, entre autres, des musiciens, des peintres, des hôtesses, des sérigraphes, des agents de sécurité et bien d’autres. L’objectif de notre mission est d’instruire, de socialiser et de qualifier les jeunes.

Un festival qui vise à promouvoir le tourisme culturel à travers la diplomatie

Lançant la deuxième édition du Festim Brazza, la ministre a indiqué que ce festival qui vise à promouvoir le tourisme culturel à travers la diplomatie a rencontré son assentiment afin de promouvoir ensemble la destination « Green Congo », vivier d’emploi important dans la diversification de l’économie du Congo, programme si cher au président de la République, Denis Sassou N’Guesso.

Cette initiative fait aussi appel aux ambassades accréditées au Congo et à leurs communautés vivant en République du Congo afin de faire la promotion de leurs pays autour d’un thème, dans un centre d’échanges et de rencontres appelé village touristique, culturel et communautaire. C’est à ce titre que lorsqu’on parle du tourisme culturel, on fait allusion à la convergence de deux secteurs ; pourtant la culture et le tourisme peuvent de prime abord sembler, s’inscrire dans les logiques tout à fait différentes.

La ministre a ajouté qu’aujourd’hui le choix et les orientations stratégiques de la politique d’accélération promotionnelle du potentiel touristique du ministère du Tourisme et de l’Environnement s’articulent autour d’une répartition territoriale en trois zones de développement touristique à promouvoir. Il s’agit de la zone nord en général, la moins visitée ayant pour principaux sites d’attractions : deux parcs nationaux, notamment ceux d’Odzala kokoua et de Nouabalé Ndoki ; la rivière de la Sangha et ses affluents ; le mémorial culturel de Mbirou, l’ancienne maison coloniale française de Ouesso et de nouveaux parcs nationaux de Ntokou-Pinkounda, sans oublier les aires protégées, la réserve naturelle du lac télé.

La zone centre, dite de Brazzaville et ses environs, arrosée par un des plus grands fleuves au monde, le fleuve Congo, déploie une multitude d’activités touristiques et culturelles qui, selon le développement futur de l’offre, peuvent se réaliser aussi bien sur terre que sur l’eau, sans compter le nouveau site des Cataractes en construction au sud de Brazzaville et qui se veut un lieu de détente et de manifestations culturelles et artistiques novateur et ludique.

La ville de Brazzaville et ses attractions naturelles telles que la réserve naturelle de Lessio-Louna, L’île Faignand et les chutes de la Loufoulakari, ne sont plus à présenter.

Sur le plan culturel, il y a le Palais royal de Mbé, l’École de Peinture de Poto-Poto, le Parc zoologique en élargissement et en modernisation, le marché des artisanats de plateau, le Mémorial Pierre-Savorgnan-de Brazza, le Centre culturel Russe, l’Institut français du Congo, la Case De Gaulle ainsi qu’une multitude des festivals nationaux et internationaux tels que le festival panafricain de musique (Fespam), les Feux de Brazza, Festim-Brazza et surtout la sape qui, actuellement, accorde une attention particulière à l’identité congolaise.

Dans la zone Sud enfin, la ville de Pointe-Noire et le département du Kouilou avec l’aide des entreprises installées se développent de manière spectaculaire avec leurs principaux sites d’attraction très visités, notamment le port de Loango, les Gorges de Diosso, les plages, le site du Bas-Kouilou, le parc national de Conkouati Douli, ...

Bruno Okokana

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Les officiels lors de la cérémonie de lancement de la deuxième édition du Festim-Brazza Photo 2 : La ministre du Tourisme et de l'environnement exhibant quelques pas de danse avec les artistes Photo 3 : Les officiels posant à l'issue de la cérémonie de lancement de la deuxième édition

Notification: 

Non