Festival de poésie 2020 de Bellenville : trois questions à Véronique Trinel

Mercredi 26 Février 2020 - 14:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En marge du printemps de la poésie, la Maison de la poésie des Hauts de France basée à Beuvry, dans le Pas de Calais, organisera un Festival de poésie en mettant le Congo à l’honneur. La directrice de la Maison de la poésie répond aux questions des Dépêches de Brazzaville.

Véronique Trinel, Directrice de la Maison de la Poésie BeuvryLes Dépêches de Brazzaville (L.D.B.) : Pouvez-vous nous parler du Festival que vous envisagez ?

Véronique Trinel (V.T.) : La Maison de la Poésie des Hauts de France organise chaque année un Festival de poésie avec une thématique distincte. Cette année, la Maison s’est tournée vers les actions internationales. Nous avons décidé de consacrer le Festival à l’Afrique, notamment aux pays concernés par le Bassin du Congo. Le Festival de poésie se veut un moment d’échanges, de partages. On y reçoit des artistes, des poètes de toutes catégories. On propose des spectacles, des tables rondes. Et surtout, le Festival se déroule à la Maison de la poésie, un vrai bijou patrimonial situé dans un écrin de verdure, mis aimablement à notre disposition par le Conseil régional des Hauts de France auquel il appartient.

L.D.B. : Comment est née l’idée d’ouvrir votre festival au Congo ?

V.T. : A la suite d’une jolie rencontre avec Brice Arsène Mankou, écrivain, qui est venu me voir en m’expliquant qu’il souhaitait mettre en place des actions culturelles dans le cadre de la commémoration de la Première Guerre mondiale. Je lui ai immédiatement proposé de travailler sur un échange artistique France-Afrique. Nous avons des poètes et des artistes qui méritent d’être réunis dans un projet commun. Notre première idée a été de les réunir dans une anthologie dont le titre provisoire est « Poète d’ici et d’ailleurs ». Ensuite, pour aller plus loin, amener les pays du bassin du Congo au Festival de poésie et mettre à l’honneur les artistes ayant participé à l’anthologie.

L.D.B. : A quel contenu avez-vous pensé pour cette rencontre ?

V.T. : Le festival de cette année se déroulera à la Maison les 16 et 17 mai. La semaine qui précède sera ponctuée de rencontres dans des établissements scolaires de notre Région Hauts de France, des médiathèques, des lectures dans un café citoyen le Bookkafé… Et le jour du Festival seront proposés des spectacles « Code Indigénat » et « Batoa l’africain » (marionnettes) / traitant d’un sujet environnemental, un salon du livre, des dégustations de spécialités culinaires françaises et africaines, des expositions, des scènes ouvertes : tout est possible puisque le programme n’est pas encore bouclé à l’heure où je vous réponds.

Propos recueillis par Marie Alfred Ngoma

Légendes et crédits photo : 

Véronique Trinel, directrice de la Maison de la poésie Beuvry

Notification: 

Non