Festival international d’expression féminine : la huitième édition ouverte en beauté

Vendredi 13 Septembre 2019 - 18:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La musique tradi moderne a été à l’honneur au lancement de l'événement, le 11 septembre, au centre culturel Jean- Baptiste-Tati-Loutard à Pointe-Noire, avec les prestations du groupe Tchi Fumb et de la chanteuse malienne, Fatoumata Tounkara  tête d’affiche de l’édition.

L’événement organisé par la compagnie Issima que dirige la comédienne Germaine Ololo  a pour objectifs de soutenir et accompagner la femme dans l’exercice de son art et de susciter l’émergence des femmes et leur leadership dans les programmes de développement culturel. Au cours de la cérémonie de lancement de cette édition, sous le patronage de Fabien Obongo, directeur départemental des Arts et des lettres de Pointe-Noire, le public a suivi avec attention le mot de la femme, lu par Bénie Blessing et Bénie Di Maria, une fillette de 7 ans, très ovationnée par son courage.

Encourageant le Festival international d'expression féminine (Fief) et la compagnie Issima pour sa détermination à promouvoir les œuvres féminines, la fillette a  déploré le fait que les femmes pour qui l’événement est organisé s’y impliquent peu.  «Si la femme est la mère de la nation, de quelle femme parle-t-on quand elle ne soutient pas les activités culturelles? Pourquoi parler donc de son émancipation ? Voici huit ans que l’Etat parle de la crise dans le domaine culturel,  à quand finalement le développement culturel au Congo», s’est-elle interrogée.

La scène a été ouverte par le groupe ponténegrin Tchi Fumb qui a entamé sa prestation avec l’hymne du royaume Loango, exécuté avec un public débout, avant de présenter sa danse baptisée «Lu tchietu ku ndinda». Ce premier jour du festival a connu une forte présence des femmes de la communauté malienne venues assister leur compatriote Foutoumata Tounkara qui, dès le début de sa prestation, a fait sensation avec sa belle voix puissante digne d’une griotte. La chanteuse a mis, au fur et à mesure, le public en général et les femmes de la communauté malienne en particulier, en effervescence. Plusieurs se sont levées pour esquisser des pas de danse.

Après ce lancement, dans le cadre du Fief, des conférences sur les impacts des nuisances sonores sur la santé publique, l’apport de la femme dans le développement culturel et sur l’artémisia ( une plante pour éradiquer du paludisme) ont été animées dans la salle de la mairie de l’arrondissement 2, Mvou-Mvou, par Aubierge Kimpamboudi, directrice départementale de la Santé à Pointe-Noire; Jean Jacques Mboungou, directeur départemental des Archives et du patrimoine du Niari; et Sosthène Massamba, représentant d’Artemisia Congo. Ces conférences ont été suivies des spectacles de slam, conte, mode, sape et musique au centre culturel Jean-Baptiste-Tati-Loutard avec les artistes congolaises, notamment Miland, Amélia, Natacha Edwige, Liz Babin, les conteuses, les femmes sapeurs et la chanteuse sénégalaise Myriam Konté.

Le 12 septembre, Nzo Massa, Bénédicte, Nayanka du Congo et Myriam Konté sont montées sur la scène au restaurant Before, situé au centre ville derrière la tour Mayombe. Nzo Massa, Amélia, Natacha Edwige et les berceuses (Liz Babin, Nayanka, Fatoumata Tounkara et Myriam Konté) reviendront sur la scène à la soirée du partenaire et de la berceuse qui aura lieu le 14 septembre au musée Cercle Africain.

La 8e édition du Fief sera cloturée le 15 septembre à l’espace le Continental, à Mpaka, par Bénie Blessing, Miland, Nayanka, Myriam Konté, liz Babin et les femmes sapeurs.   

Notons qu’en prélude au lancement officiel de cette édition, un atelier de maquillage animé par Sarah Pembet et Espoir Manona a été organisé les 7 et 9 septembre au restaurant Before.

 

Lucie Prisca Condhet N’Zinga

Légendes et crédits photo : 

-Le groupe Tchi Fumb lors de sa prestation/ Adiac

Notification: 

Non