Fête du cinéma d’animation : un événement pour revaloriser le secteur

Mardi 8 Octobre 2019 - 17:58

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le Réseau international des instituts français célèbre la 18e édition de la fête du cinéma d’animation tout au long de ce mois. Pour cette année, l’Institut français du Congo (IFC) invite le public à découvrir ou redécouvrir des œuvres atypiques et emblématiques en projection jusqu’au 29 octobre.

La dix-huitième édition du rendez-vous cinématographique met à l’honneur l’un des grands noms de l’animation, l’écrivain et réalisateur français, Jean-François Languionie. Célébré à l’IFC de Brazzaville autour du thème « Le voyage imaginaire ou fantasmé : l’autre et le connu », le cinéma d'animation présente, aujourd'hui, des réalisations qui entraînent le public dans une vague d'émotions et d'univers surprenants.

Lancée depuis le 1er octobre, la programmation affiche plusieurs films à succès tels que "L’île de Black Mor" et " Les mondes imaginaires" de Jean-François Languionie ; "Tout en haut du monde"de Rémi Chayé ; "Le roi et l’oiseau" de Paul Grimalt, "Phantom boy " de Jean-Loup Felicioli et Alain Gagnol… 

Tous ces films présentent un savoir-faire qui leur est propre, des histoires singulières, un brin d’humour cocasse, tant pour les petits que pour les grands. « Le cinéma d'animation est vraiment synonyme de créativité et de diversité. Comme des films de prises de vue réelles, il aborde aussi certains faits de société avec une dimension instructive. Au fil des ans, il s'est continuellement réinventé en tirant profit des nouvelles technologies, sans pour autant se séparer de ses origines », en pense Eric, un jeune brazzavillois fan du cinéma d’animation. 

Encore des films à regarder

Proposées en soirée, les projections cinématographiques dans le cadre de la fête du cinéma d’animation sont ouvertes gratuitement au public. A cet effet, "Minga et la cuillère cassée" du Camerounais Claye Edou sera projeté le 12 octobre, tandis que "Funan" du réalisateur français, Denis Do, et "Wardi" du Norvégien Mats Grorud seront respectivement sur grand écran les 15 et 22 octobre. La clôture de cet événement se fera à travers le film "Adama" du Français Simon Rouby, dans lequel Pascal Nzonzi, acteur et metteur en scène congolais, prête sa voix.

Notons que l’animation renvoie à des techniques utilisées dans les films pour créer l'illusion du mouvement à une suite chronologique d’images figées (dessins, peintures, objets, personnages) représentant les différentes positions d'un être ou d'une chose, supposé être en mouvement. Il donne vie à ce qui est immobile et s'oppose ainsi au cinéma en prises de vues réelles.

La journée du 28 octobre est dédiée au cinéma d’animation depuis 2002 et aujourd’hui, près de quarante pays la célèbrent. La date fut choisie en mémoire d'Emile Reynaud, l’un des pionniers du dessin animé, qui projetait, le 28 octobre 1892, le premier film animé à Paris.

Un secteur embryonnaire, mais plein d’avenir sur le continent

Le cinéma d’animation est encore mal perçu et peu considéré en Afrique, malgré qu’il a su se trouver un public friand. Un cinéma encore primitif qui manque de reconnaissance, de professionnels, d’écoles de formation, de maisons de production, voire de moyens.

Ainsi, face à une industrie prometteuse, susceptible de contribuer à l’économie, l’Afrique doit travailler pour renverser la balance. Par exemple, le succès d’Afrikatoon en Côte d’Ivoire en est une preuve. En effet, grâce à son premier long métrage "Pokou, princesse ashanti", le studio a pu fédérer bien d’autres projets et bénéficier de partenariats fructueux. Des réalisations comme "Kirikou" ; "Le roi lion" ; "Aya de Yopougon" et biens d’autres prouvent qu’il y a du potentiel qui non seulement reflète les valeurs et les cultures africaines mais est également susceptible de générer des millions de recettes au cinéma. A cela s’ajoute aussi la création de festivals pour favoriser des rencontres et apprentissages, le partage de connaissance et le repérage de talents.

Merveille Atipo

Légendes et crédits photo : 

Un cliché du film "L’île de Black Mor"

Notification: 

Non