Fickin : Bimpa production en pleins préparatifs de la septième édition

Samedi 29 Août 2020 - 16:06

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Organisé autour du thème « L’art au centre du développement », le prochain rendez-vous concocté pour les Kinois avec le cinéma congolais se tiendra, du 10 au 14 novembre 2020, à l’Académie des Beaux-arts.

 

 Fickin se tiendra à l’Académie des Beaux-arts du 10 au 14 novembre 2020 (DR)« Nous la tiendrons, cette édition ! », a affirmé au Courrier de Kinshasa le réalisateur Tshoper Kabambi comme sur un ton de défi. Dans le contexte difficile de la crise occasionnée par la Covid-19, il semble normal que l’initiateur du Festival international de cinéma de Kinshasa (Fickin) ressente les choses de cette manière. Cela n’a fort heureusement pas entamé le moral de l’équipe qui met les bouchées triples pour réussir l’organisation de sa septième édition, ce que nous confirme Tshoper Kabambi. Ravi, il vient juste de passer le relais à Ephraïm Buyikana qui passe de la coordination à la direction cette année. « Le nouveau directeur de Fickin a apporté une nouvelle énergie dans l’organisation avec des nouvelles idées et une nouvelle dynamique », se réjouit-il.

Au sujet de la programmation à venir, Ephraïm Buyikana annonce la tenue des activités habituelles, à savoir projections de films, master class, conférence-débat, exposition et concert acoustique. En ce qui concerne la participation du cinéma local, Tshoper se montre très enthousiaste : « La bonne nouvelle de cette année, c’est la croissance des inscriptions des films congolais. Nous en avons bien plus que les fois précédentes ». Et d’ajouter : « il y en a une vingtaine et je suis convaincu que le public va se régaler ». Le directeur de Bimpa production se dit encore plus ravi de pouvoir proposer aux cinéphiles de la ville une variété de films à Fickin 2020. « Nous sommes inondés de films », annonce-t-il. Ceci tient, a-t-il à nouveau souligné, à la vitalité d’Ephraïm Buyikana, qui « se ressent surtout au fait qu’en dépit de cette période particulière marquée par les ravages de la Covid-19, Fickin est inscrit dans la plus grande plateforme des festivals, le FilmFreeway ».Ephraïm Buyikana (en rouge) et son équipe en plein préparatifs de Fickin (DR)

Une mission à accomplir

Selon Tshoper, cette année Fickin va poursuivre l’élan qu’il fait l’effort de maintenir pour atteindre le but qu’il s’est fixé depuis son lancement en 2014. « Promouvoir l’éclosion d’une industrie du film en République démocratique du Congo, et particulièrement à Kinshasa », reste le leitmotiv du Festival. Pour l’ensemble de l’organisation, c’est cela qui importe le plus, au point de la tenir pour « une mission », sa « mission principale ». Cela passe dès lors par l’accent particulier mis à « la formation aux métiers du cinéma ». C’est là l’astuce qu’a trouvé Bimpa production pour « dénicher des nouveaux talents ». Les ateliers dénommés « De l’idée au film » servent à cette cause qui a permis de créer une sorte de pépinière qui porte déjà ses fruits. Fickin se targue d’avoir fourni au pays « plus d’une dizaine de jeunes qui le représentent au travers différents films et festivals dans le monde ».

 

Nioni Masela

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Fickin se tiendra à l’Académie des Beaux-arts du 10 au 14 novembre 2020 (DR) Photo 2 : Ephraïm Buyikana (en rouge) et son équipe en pleins préparatifs de Fickin (DR)

Notification: 

Non