Formation du gouvernement : ultimes tractations autour de la nomination du Premier ministre

Lundi 18 Février 2019 - 17:52

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'ex-chef de l'Etat, Joseph Kabila Kabange, a effectué le déplacement de la Cité de l’Union africaine, le 17 février, où il a été reçu par son successeur, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Photo droits tiersLa rencontre entre les deux personnalités, la énième du genre après la passation du pouvoir, participe à la détente du climat politique et à la paix sociale, à en croire une source proche du cabinet de Joseph Kabila.

Rien n’a filtré du tête-à-tête de plus de deux heures que les deux personnalités ont eu autour d’un repas et dans une ambiance conviviale. Toutefois, d’aucuns pensent qu’elles n’ont pas manqué d’aborder le sujet relatif à la formation du gouvernement. En effet, cela fait plus de deux semaines que l’opinion nationale attend la publication du prochain exécutif national censé donner le go de la nouvelle gouvernance sous l’ère Tshisekedi.

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que les deux personnalités, représentant leurs regroupements politiques (Font commun pour le Congo et Cap pour le changement), ont discuté sur le sujet et arrondi les angles afin de donner à la République, dans les meilleurs délais, un Premier ministre. Dans leur volonté commune d’aller vite, il se pourrait, comme allèguent certaines sources, que l’étape de la nomination d’un informateur censé identifier la majorité parlementaire soit sacrifiée, étant entendu que les jeux sont clairs au niveau de l’hémicycle où numériquement, le Front commun pour le Congo (FCC) trône en maître avec plus de trois cent cinquante députés nationaux.  

Le dossier achopperait, pour l’heure, sur le choix de l’oiseau rare. Ce serait du ressort de Joseph Kabila, en tant qu’autorité morale du FCC, de désigner, dans les rangs de sa famille politique, la personnalité qui tiendra les rênes du gouvernement durant le quinquennat de Félix Tshisekedi à la tête du pays. Une désignation qui ne devrait pas subir le veto du nouveau président au risque de conduire le pays inutilement vers une impasse, précisent les analystes.

Connu pour sa discrétion dans des sujets aussi sensibles et souvent imprévisible dans ses choix, l’ex-chef de l’État pourrait à nouveau surprendre, allèguent certaines sources proches du FCC. Il nous revient toutefois que deux noms tendent à sortir du lot. Il s’agit d’Henri Yav Muland (l’actuel ministre des Finances) et d’Albert Yuma Mulimbi (président de la Fédération des entreprises congolaises), tous deux de la société civile et originaires de l’ex-Katanga. Mais la balance pencherait du côté du second qui jouirait des faveurs de Joseph Kabila, confirment des sources. Les prochaines heures nous en diront davantage.

Alain Diasso

Légendes et crédits photo : 

Joseph Kabila devisant avec Félix Tshisekedi à la Cité de l'Union africaine

Notification: 

Non