Formation : environ 20% des Congolais en marge de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle

Lundi 7 Septembre 2020 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Des efforts doivent être multipliés de sorte que les enjeux nationaux de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle soient au cœur d’une nouvelle vision qui puisse assurer l’apprentissage tout au long de la vie, a indiqué le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’Alphabétisation, Anatole Collinet Makosso.

 

L’humanité célèbre la Journée internationale de l’alphabétisation le 8 septembre de chaque année. « Enseignement et apprentissage de l’alphabétisation en période de crise : le rôle des éducateurs et l’évolution des pédagogies », est le thème retenu au plan mondial. Au plan national le thème est contextualisé : « L’ingénierie de l’alphabétisation : un atout majeur d’éducation en situation d’urgence ». Dans la déclaration du gouvernement, à cette occasion, le ministre Anatole Collinet Makosso a apprécié cette initiative pour permettre au plus grand nombre d’être alphabétisés. Il a, par ailleurs, reconnu que le pari n’est pas encore gagné. « Plusieurs franges des populations au niveau planétaire qui n’ont pas encore échappé aux fléaux toujours décriés notamment l’analphabétisme, l’illettrisme et la déscolarisation », a-t-il déclaré.

Au cours de l’année 2020, plusieurs actions ont été menées par le département ministériel afin d’ouvrir les portes de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle au plus grand nombre, car il s’agit d’un droit dont nul ne doit être privé. Il s’agit, entre autres, de la formulation d’une contribution pour la promotion des langues maternelles dans la formation, la rédaction des cahiers d’activité et des fascicules des apprenants des structures d’éducation non formelle, en prenant en compte les enfants vivant avec handicap. Les inscriptions des candidats libres, aux différents examens d’Etat, le renforcement des capacités des animateurs des centres d’éducation non formelle dans le contexte d’état d’urgence sanitaire dû à la pandémie de Covid-19 allongent la liste des activités réalisées.

Selon le ministre Anatole Collinet Makosso, l’ingénierie de l’alphabétisation et de l’éducation non formelle s’est affirmée comme méthode alternative et innovante dans la continuité pédagogique tout en assurant un soutien au système éducatif formel. C’est d’ailleurs dans le cadre de l’éducation non formelle que le concept « Ecole à domicile » a permis de réaliser les examens d’Etat au titre de l’année scolaire 2019-2020.

Sur l’ensemble du territoire national, les centres de rescolarisation et d’alphabétisation, les écoles ORA et autres structures d’éducation non formelle ouvriront leurs portes le 19 octobre prochain. « Tout cela pour garantir à toutes les femmes et à tous les hommes de notre pays, jeunes et adultes, dans une perspective durable et la résilience d’une éducation de qualité tout au long de la vie ainsi que le recommande l’Objectif n°4 du développement durable des Nations unies », a indiqué le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’Alphabétisation.

 

 

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

Le ministre en charge de l'Alphabétisation délivrant le message du gouvernement

Notification: 

Non