Formation qualifiante : le financement japonais porte déjà ses fruits au centre « Aide à l’enfance »

Mercredi 19 Décembre 2018 - 15:01

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La structure accueille actuellement cent cinquante-cinq apprenants dont quarante-six filles et cent neuf garçons. Elle forme en coiffure-esthétique ; coupe et couture ; broderie ouest-africaine ; hôtellerie-restauration ; électricité bâtiment et industrielle ; mécanique auto ; électricité auto ; électromécanique ; froid et climatisation ; éducatrice préscolaire.

Créé en 2000 par l’association « Aide à l’enfance », le Centre de formation qualifiante et professionnelle des jeunes des familles pauvres de Brazzaville éprouvait depuis quelques années des difficultés pour mener à bien ses missions. Ainsi, grâce au financement du gouvernement japonais d’une valeur de quatre-vingt-six mille cinq cent quarante-deux dollars américains, l’établissement fait désormais peau neuve. En effet, le projet consistait à agrandir des bâtiments et à fournir des équipements nécessaires au centre. Il s’agissait spécifiquement d’augmenter la capacité d’accueil des apprenants ; ouvrir des nouvelles filières en hôtellerie et en couture ; contribuer au renforcement de l’insertion professionnelle et sociale ainsi qu’à l’autonomie financière des jeunes vulnérables.

Aujourd’hui, après la signature du contrat en février dernier et les six mois d’exécution des travaux, le Centre de formation professionnelle des jeunes des familles pauvres de Brazzaville redonne du sourire à ses promoteurs. « Le don japonais est le bienvenu chez nous. C’est une grande joie, parce qu’il nous a soulagés des problèmes que nous traversions depuis longtemps dans le cadre de la formation en ce qui concerne l’insuffisance des salles de classe pour recevoir les nombreuses demandes des jeunes », s’est réjoui le directeur régional de l’ONG Aide à l’enfance, Aimé Sangou, le 18 décembre, lors du passage d’une mission de presse organisée par l’ambassade du Japon au Congo.

Outre la réhabilitation de l’existant, le financement du gouvernement japonais a permis la construction du bâtiment scolaire à étage et l’équipement des ateliers de l’hôtellerie-restauration, broderie ouest-africaine. Le bâtiment situé au premier niveau comporte, entre autres, des ateliers de broderie ouest-africaine, hôtellerie-restauration-bar. Ce qui a augmenté la capacité d’accueil du centre à six cents places. Emettant le vœu de voir ce genre de coopération continuer avec d’autres associations ou organismes congolais pour soulager tant soit peu les souffrances de la population, le directeur régional de Aide à l’enfance n’a pas exclu d’évoquer d’autres difficultés existant encore. Il s’agit de la construction d’un nouveau bâtiment devant abriter les salles pour la pratique.

« Dans ces salles de classe, on fait aussi des travaux pratiques. Donc, nous voulons bien construire des salles de classe pour dissocier l’enseignement théorique de la pratique. Nous sollicitons l’appui d’autres partenaires pour construire un grand bâtiment pour les travaux pratiques afin de permettre aux apprenants de s’y rendre après les cours théoriques », a-t-il souhaité, rappelant que la valeur d’une nation se dessinait par la formation qualifiante de ses ressources humaines.

Notons que l’association Aide à l’enfance dispose des centres de formation professionnelle des jeunes des familles pauvres et des déscolarisés aux métiers générateurs d’emplois et des revenus à Brazzaville, Dolisie et Nkayi. Cette association intervient dans les domaines de la santé, de l’éducation et promotion des droits de l’enfant, de la femme, des peuples autochtones, par l’assistance matérielle et juridique, la formation des vulnérables à se prendre en charge, la promotion agricole et la protection de l’environnement.   Ces centres sont régis par une coopération entre le gouvernement du Congo et cette ONG. S’agissant du centre de Brazzaville, il a été définitivement agréé par le ministère de l’Enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi en 2012. Il a, à son actif, plusieurs promotions sorties dont certains travaillent dans les entreprises et à l’Organisation mondiale de la santé. La durée de la formation est de neuf mois plus trois autres de stage dans les entreprises.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

Une vue des apprenants / Adiac Le bâtiment financé et équipé par le Japon /Adiac

Notification: 

Non