Gambie : la fonction de ministre de la Défense réinstaurée

Samedi 24 Août 2019 - 13:17

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Après vingt-deux ans, l'armée gambienne retrouve un ministère de la Défense. Le nouveau ministre, Sheikh Omar Faye, diplomate de carrière, aura pour mission de réformer l'armée gambienne et de réduire ses effectifs.

« Cette nomination est une très bonne nouvelle », réagit une source proche du milieu sécuritaire. L'appareil sécuritaire gambien est en train d'être réformé, et « il était important de séparer le portefeuille de ministre de la Défense et la fonction de président », a simplement réagi la porte-parole de la présidence.

Il s’agit en quelque sorte d’un retour à la normale, puisque sous l’ancien régime, le président de la République Yahya Jammeh, voulant tout contrôler, se réservait les prérogatives d’un ministre de la Défense.

Le nouveau ministre Sheikh Omar Faye a une solide carrière diplomatique, ambassadeur à Washington et consul général de Gambie à Jeddah en Arabie saoudite.

Ancien sprinteur — il a participé aux JO de 1984 — Sheikh Omar Faye a fait carrière dans l’armée jusqu’en 1994, lorsqu’il a quitté la Gambie pour les Etats-Unis, selon la lettre d’information spécialisée AllGov.com. De retour en Gambie en 2005, il devient chef de la communication du cabinet du président Jammeh, puis ministre de la Jeunesse et des Sports.

Autre point fort, la presse gambienne relève que Sheikh Omar Faye fut l'un des premiers diplomates à prendre ses distances avec Yahya Jammeh lors de l'impasse politique en 2016.

Yahya Jammeh n’avait quitté son pays pour la Guinée équatoriale qu’après six semaines d’une crise à rebondissements et sous la pression d’une intervention militaire et diplomatique régionale.

Avec la nomination d'un ministre de la Défense, le président Adama Barrow accepte l'entrée d'un homme fort dans le gouvernement. De nombreux dossiers chauds attendent Sheikh Omar Faye : réduction des effectifs, nouvelles conditions de recrutements, mises à la retraite.

A noter également le limogeage du ministre de l'Intérieur Ebrima Mballow remplacé par l'ancien inspecteur général de la police Yankuba Sonko, quatrième ministre de l'Intérieur en deux ans et demi.

Le secrétaire général et chef de la Fonction publique, Ebrima Camara, a été remplacé par Muhammed B.S. Jallow. Ni la présidence ni le porte-parole du gouvernement n'ont commenté ce mini remaniement.

Josiane Mambou Loukoula

Notification: 

Non