Gestion hospitalière : de faux recrutements déjoués au CHU de Brazzaville

Mardi 4 Février 2020 - 16:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Arsène Bak Bakala, sujet congolais âgé de vingt-six ans, qui a escroqué une quarantaine de personnes auxquelles il avait promis des emplois au Centre hospitalier universitaire de Brazzaville (CHU-B) a été rattrapé par la gendarmerie.

« L’enquête est bouclée. L’accusé a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Il sera présenté au procureur de la République », a expliqué le lieutenant-colonel, Victor Gandziami, chef de service central de recherches judiciaires de la gendarmerie, le 4 février à Brazzaville, lors d’un échange avec la presse à ce sujet.

Le directeur général du CHU-B, Sylvain Villiard, avait saisi par plainte le commandant de la gendarmerie pour escroquerie et abus de confiance contre la personne d’Arsène Bak Bakala. En janvier dernier, en effet, l’inculpé avait rassemblé les dossiers d’une quarantaine de femmes, moyennant de l’argent, en leur promettant de l’emploi en qualité de techniciennes de surface. « Il nous a dit de fournir des dossiers avec des frais. Ensuite, il nous a fait un test dans l’enceinte même du CHU-B qui, selon lui, n’était pas concluant. Il fallait donc lui donner de l’argent pour avoir un poste. C’est ce que nous avons fait », a expliqué Chesonne Missamou, une des victimes. Cette dernière avait fait un acompte de 25.000FCFA sur les 150.000FCFA exigés et le reste devrait être retiré sur le premier salaire une fois employée.

« Je suis aux arrêts parce que j’ai escroqué les femmes que vous voyez en leur faisant croire qu’elles allaient être recrutées au CHU-B », a reconnu Arsène Bak Bakala. Selon les services de la gendarmerie, ce dernier est un malade ayant séjourné longtemps au CHU-B. C'est ce qui lui a permis de se familiariser avec quelques employés de la structure hospitalière. Les femmes concernées sont, quant à elles, des stagiaires de la société « Main verte » chargée de l’assainissement. Leur superviseur les avait mis en contact avec Arsène Bak Bakala pour qu’elles soient recrutées après leur stage. La somme qu’il a reçue avoisine un million de FCFA. Dans quelques jours, il va s’expliquer devant la justice.

Rominique Makaya

Légendes et crédits photo : 

L'inculpé avec un échantillon de femmes escroquées

Notification: 

Non