Gouvernance : le parti ‘’Les souverainistes’’ propose la réduction du train de vie de l’Etat

Samedi 7 Septembre 2019 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Préoccupé par la crise économique et financière qui asphyxie le Congo depuis 2014, le président la formation politique que dirige Uphrem Dave Mafoula, a suggéré, le 6 septembre à Brazzaville, lors d’une conférence de presse, quelques voies de sortie, au nombre desquelles la maîtrise de la dépense publique.  

L'échange avec la presse a porté sur le thème « Sortir le Congo de son chaos par la verticalité de l’action politique ». Un concept que le président du parti ‘’Les Souverainistes’’ propose à la nation, visant la réhabilitation de la puissance publique ; la maîtrise de la dépense publique ; la performance à moindre coût et la rationalisation budgétaire.

Il suggère notamment la réduction de l’équipe gouvernementale à dix-huit membres, en fusionnant certains ministères ; la diminution à 40% des émoluments des ministres et autres hauts fonctionnaires de l’Etat; la suppression de tous les conseils consultatifs récemment créés ainsi que l’abrogation du Sénat, une chambre parlementaire qu’il estime être une institution budgétivore de trop, « doté d’un budget annuel exorbitant de plus de onze milliardsfrancs CFA ».

« Les choses sont bien délicates que les beaux discours ne suffisent plus, les Congolais attendent des actes. C’est pourquoi le parti Les souverainistes propose au chef de l’Etat de faire ce qu’il n’ose pas faire depuis trop longtemps. Il s’agit de prendre des mesures audacieuses, des décisions qui peuvent frustrer le cercle, le clan ou le parti, mais qui sont nécessaires pour remettre de l’ordre dans le pays », a conseillé Uphrem Dave Mafoula.

Parlant de l’accord avec le Fonds monétaire international, cette formation qui se réclame n’être ni de l’opposition ni de la majorité, encore moins du centre, se dit déçue du fait que le Congo ait atteint ce seuil d’endettement en un temps record.

« Le Congo qui brandissait, comme un trophée, une croissance du produit intérieur brut de 10% en 2012, ne devrait pas se retrouver à faire la manche pour assurer ses finances en 2019. En l’espace de sept ans, le budget du Congo a été multiplié par trois, passant de 1300 milliards francs CFA en 2007 à 4000 milliards francs CFA en 2014. On se demande qu’est-ce qu’ils ont fait avec cette manne financière », s’est interrogé Uphrem Dave Mafoula.

Soutenant que le pays traverse une crise politique sans précédent, le candidat malheureux à la dernière députation dans la circonscription électorale unique de Loukoléla, dans la Cuvette, appuie l’idée du dialogue. Ainsi, il a invité le chef de l’Etat à convoquer ces assises tant souhaitées afin de permettre aux filles et fils du Congo de laver le linge sale en famille. De même, il a demandé la libération de certains prisonniers qu'il estime "politiques".  

S’agissant de la découverte du pétrole à Loukoléla où il tire ses origines, le jeune leader du parti Les souverainistes s’est réjoui de cet exploit, mais plaide pour que le gouvernement prenne des mesures environnementales qui s’imposent afin d’épargner la population des conséquences qui pourraient en découler.

Firmin Oyé et Douce Mapassi (stagiaire)

Légendes et crédits photo : 

Uprem Mafoula/Adiac

Notification: 

Non