Gouvernement provincial de Kinshasa : le PPRD enclenche le processus de remplacement de Dolly Makambo

Jeudi 12 Décembre 2019 - 17:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

L'ex-parti au pouvoir s’apprête à proposer trois noms parmi lesquels le chef de l’exécutif provincial choisira celui qui va être nommé comme ministre chargé de l’Intérieur, sécurité, affaires coutumières et décentralisation, pour combler le poste laissé vacant par la condamnation de son titulaire.

Près de vingt jours après la condamnation du ministre provincial Dolly Makambo, sa formation politique, le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), affirme, par ses canaux les plus officiels, être prêt à proposer trois noms au gouverneur et chef de l’exécutif de la capitale congolaise, Gentiny Ngobila, en vue de choisir celui qui briguera le poste laissé vacant.

Au niveau du parti de l’ex-chef de l’Etat, Joseph Kabila, les noms ne filtrent pas encore. Mais des personnalités se bousculent déjà au portillon afin d’être parmi les nominés pour remplacer le ministre évincé. Les sources proches de ce parti politique insistent, par ailleurs, sur la personnalité et la qualité du membre qui sera choisi pour ce poste, étant donné qu'il aura en charge la sécurité et l'intérieur.

Entre-temps, un document daté du 10 décembre attribué au Front commun pour le Congo (FCC) et signé par son coordonnateur national, Néhémie Mwilanya, donne déjà le nom du remplaçant de Dolly Makambo. Dans cette lettre, en effet, cette plate-forme politique invite le gouverneur Gentiny Ngobila Mbaka à le remplacer par Ruben-Bernard Boleli Mpot’iyolo. « …la coordination du Front encourage les actions judiciaires telles que définies par la Cour, et vous invite au remplacement immédiat du cité, par M. Ruben-Bernard Boleli Mpot’iyolo, représentant le quota du Parti du peuple pour la reconstruction et le développement (PPRD), dont le secrétaire permanent me lit en copie », est-il indiqué dans cette correspondance.

Déjà, des voix s’élèvent pour indiquer que ce document, qui porte certaines erreurs, notamment sur le nom du parti, serait un faux. Pour ces interventions, le processus de désignation du remplaçant de Dolly Makambo ne serait pas encore arrivé au niveau décrit par cette correspondance attribuée au FCC.

La Haute Cour militaire, rappelons-le, avait condamné, le 21 novembre, Dolly Makambo à dix ans de servitude pénale principale dans l’affaire du meurtre de l’administrateur gestionnaire du centre de santé Vijana. Ce ministre provincial avait été reconnu coupable d’incitation des policiers à commettre un acte contraire au devoir et à la discipline.

Lucien Dianzenza

Notification: 

Non