Haut Katanga : nouvelle incursion des miliciens « Bakata Katanga » à Lubumbashi

Samedi 26 Septembre 2020 - 16:05

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La tension était vive depuis la nuit du vendredi à samedi 26 septembre 2020 au chef-lieu de la province du Haut Katanga où ces miliciens ont tenté de pénétrer dans le centre-ville en vue d’y hisser leur drapeau.

Les Lushois se sont réveillés ce samedi 26 septembre sous les coups de balles. Ça tirait dans tous les sens dans la ville cuprifère qui a vu sa quiétude être mise à rude épreuve, le temps de l’incursion de plus d'une soixantaine de miliciens se réclamant du groupe Bakata Katanga. C’est aux petites heures que ce groupe indépendantiste qui réclame la scission de la province du Katanga a fait irruption dans la ville jusqu’à atteindre le centre-ville en transitant par les quartiers Bel-Air et Gambela 1 double poteau. A en croire des témoins sur place, ces miliciens ont tenté de hisser le drapeau Katangais à la place de la poste mais en ont été dissuadés par les forces de sécurité qui se sont interposées avant de les chasser.  Plusieurs parmi eux ont été arrêtés et conduits à la 22è région militaire, apprend-on des mêmes sources.       

En attendant le bilan officiel de cette nouvelle incursion non encore établi à ce jour, le temps pour les services du maire de la ville de Lubumbashi de recouper les informations y relatives, un calme relatif régnerait pour l’heure au chef-lieu de la province du Haut-Katanga. Des magasins, boutiques et autres maisons de négoce restés fermés depuis la matinée, ont commencé progressivement à rouvrir. Vers midi, la tendance était à l’accalmie bien que la psychose mettait encore du temps à quitter les esprits.  Des hommes en uniforme lourdement armés étaient visibles sur les endroits stratégiques de la ville, question de parer à toute éventualité.

Dans une adresse faite en début d’après-midi, le maire de la ville de Lubumbashi, Ghislain Robert Lubaba Buluma s’est voulu rassurant. Il a appelé ses administrés au calme. « Hier vers la nuit, ces miliciens avaient débuté l’attaque de notre ville. Les forces de sécurité ont maintenu la situation et l'ordre a été rétabli en les chassant. Ils ont fui et sont actuellement en débandade. Nous demandons à notre population de travailler comme d’habitude, les marchés sont ouverts, la police est là pour rétablir de l'ordre », a-t-il indiqué dans son message. Une manière pour lui de passer l’éponge sur cet épisode tragique qui aurait peut-être mal tourné n’eut été la vigilance des forces de sécurité.  

Alain Diasso

Notification: 

Non