Hommage : une stèle du « soldat de la paix » au coeur de Pointe-Noire

Vendredi 21 Février 2020 - 19:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le monument érigé dans le premier arrondissement Lumumba en mémoire des soldats tombés au champ d’honneur pour la patrie a été dévoilé ce 21 février au rond-point Germaine Pemba (ex 31 juillet) par le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, accompagné de son épouse et du Premier ministre, Clément Mouamba.

La cérémonie s'est déroulée en présence du commandant de la zone militaire de défense n°1, le général Jean Olessengo Ondaye, des officiers, sous-officiers et hommes de rang des Forces armées congolaises.  Le monument levé sur 7m de hauteur prend appui sur un piédestal de 1,75m dont l’accès à la base se fait par la façade principale qui se trouve du côté de l’avenue Jacques Opangault.  

Le soldat de la paix, arme en mains, est une statue en bronze de 2,50m. Les travaux de cette stèle ont duré 5 mois et ont été financés par le budget municipal. Ils ont été réalisés par l’entreprise coréenne Fubao au terme d’un appel d’offres lancé par la cellule de gestion des marchés publics de la municipalité de Pointe-Noire, a précisé Jean François Kando, maire de la ville océane.

La stèle, érigée en l’honneur et à la gloire de ces hommes et femmes de la force publique, est une reconnaissance aux soldats, gendarmes et policiers qui consacrent le plus clair de leur temps à la sécurisation de la patrie et à la protection des citoyens.

« Le conseil départemental et municipal par ce symbole, tire de l’oubli, ces valeureux compatriotes en armes qui ont fini par verser leur sang dans l’exercice de ce que je pourrais appeler le serment. Il s’agit là de la consécration d’un souvenir éternel », a-t-il déclaré.

Le maire de Pointe-Noire a également signifié que cette réalisation revêt un caractère culturel. Il faudrait en prendre soin, car la ville de Pointe-Noire vient à travers cette stèle d'accomplir un devoir de mémoire, a-t-il estimé.

Et d'ajouter : «Au-delà de l’honneur et de la gloire aux protecteurs du peuple et de ses biens, nous la voulons intemporelle».

Le général Jean Olessongo Ondaye a, pour sa part, rappelé la mission de la force publique notamment, la sécurisation des citoyens et de leurs biens. Il a aussi souligné les risques et les sacrifices pour servir la nation.

Charlem Léa Itoua & Lucie Prisca Condhet

Notification: 

Non