Impfondo : une ville sans électricité, sans eau potable ….

Mardi 28 Août 2018 - 16:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Située à plus de 1000 km au nord-est du Congo, le chef-lieu du département de la Likouala régresse de plus en plus, malgré la cure d’une municipalisation accélérée ratée en 2005. De nos jours, la ville reste, avec Ewo dans la Cuvette-ouest, les deux capitales départementales dans le pays où le courant électrique est un luxe.

Auparavant alimentée par un générateur de la Société nationale d’électricité (SNE), la ville d’Impfondo n’est plus éclairée depuis un moment. Des témoignages recueillis sur place évoquent le manque récurrent de carburant.

La nuit, cette belle cité dressée au bord de l'Oubangui donne l’image d’une vaste forêt, étant totalement dans le noir. A partir de 19 h, certaines avenues et ruelles, elles-mêmes envahies d’herbes, deviennent quasiment désertes. Les quelques citoyens qui bravent ces ténèbres, bien qu’habitués, courent des risques de morsures de serpents et d’agressions physiques.

« Cela fait déjà des mois que nous vivons dans le noir comme des animaux en forêt. Auparavant, la SNE nous lançait le courant à partir de 18 h jusqu’à au moins 23 h, voire minuit mais depuis un moment, l'obscurité est totale. Il se pose, semble-t-il, un problème de carburant. Parfois mon téléphone passe deux à trois jours éteint lorsqu’il me manque 200 FCFA pour recharger la batterie chez un privé, c’est vraiment difficile ici », s’est plaint Floriane, rencontrée à la recherche d'un générateur pour recharger la batterie de son téléphone.
Hormis l’électricité, Impfondo manque aussi d'eau potable. Depuis fort longtemps, les robinets de l’ex-Société nationale de distribution d'eau (SNDE) sont secs, aucune goutte d’eau n’y coule. Pour des besoins en la matière, la population se contente soit de l’eau du fleuve, de celle des puits ou soit de quelques forages privés érigés dans la ville.

« Ici à Impfondo, nous n’avons pas de l’eau potable, la SNDE qui desservait la ville ne le fait plus depuis des mois. La population n’utilise que de l’eau des puits. Ma famille et moi, par exemple, n’utilisons que l’eau de forages privés où nous achetons un bidon de 25 litres à 100 F CFA. Tout est vraiment difficile ici », a affirmé, pour sa part, Rock, notre guide dans la localité.

L’accès à Impfondo par route, un vrai calvaire

En dehors de l’unique vol d’Air Congo qui dessert la localité trois fois par semaine, après deux heures de vol au départ de Brazzaville, mais aussi du bateau qui purge parfois une semaine sur le fleuve, Impfondo est également accessible par route, au prix de trois jours d’extrême souffrance depuis la capitale. Pour y aller, en effet, le meilleur voyage se trouve entre Brazzaville et Ouesso, la voie étant bitumée. Le casse-tête commence au départ de Ouesso pour Impfondo. 

En quittant Ouesso, le véhicule passe environ deux jours en route. S’il prend le départ le matin, d’après les témoignages recueillis des habitants, ce moyen peut arriver à Enyellé dans la soirée où il doit passer la nuit avant d'atteindre Impfondo le jour suivant dans l’après-midi. Un voyage très épuisant mais les habitants de la zone n'ont pas de choix; le coût du billet d'avion n’étant pas à la portée de toutes les bourses.

Rappelons qu’Impfondo a abrité, en 2005, la municipalisation accélérée, couplée à la célébration de la fête tournante de l’indépendance du Congo. La Likouala reste l’un des départements dont la plupart des chantiers n’étaient pas achevés. Sa principale ville est jonchée d'éléphants blancs.

Firmin Oyé

Légendes et crédits photo : 

1-Une vue du siège de la préfecture inachevé depuis 2005 2-Des conditions de voyage difficiles par bateau pour aller à Impfondo /Photos Adiac

Notification: 

Non