Infrastructures électriques : les neuf feeders de 20 KV désormais fonctionnels

Mercredi 16 Octobre 2019 - 18:00

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

La réception définitive des équipements réalisés dans le cadre du Projet eau, électricité et développement urbain (Peedu) à Pointe-Noire a eu lieu, le 15 octobre, en présence de Maurice Bouesso, coordonnateur du projet, et des parties prenantes.

La visite guidée des sites afin de constater le travail effectué sur le terrain par  Maurice Bouesso, qui avait à ses côtés des membres d’Africa german consult, la mission de contrôle, l’entreprise MBTP, en charge des travaux et des agents d'Energie électrique du Congo, le bénéficiaire, a dominé l’activité de la mission dans la ville océane.

Après un an de travaux, neuf feeders ou lignes souterraines de transport électrique ont été posées soient,  61 km de réseau moyenne tension (MT) y compris la fibre optique réalisée par l’entreprise MBTP Celec, sous la supervision d’Africa german consult, la mission de contrôle. « Ces infrastructures électriques nouvelles ont permis de décongestionner  cent onze postes de transformation électrique, réhabiliter un certain nombre de postes dont celui d’injection Loango », s’est réjoui le coordonnateur du Peedu, en visitant le poste source de Mongo Kamba 1, le feeder Saint-Jean-Bosco au quartier Fond Tié-Tié  et le poste d’injection Loango, au centre- ville.

En effet, pendant un an, les agents de MBTP ont réalisé des travaux de génie civil, de construction des postes d’injection avec équipements sans oublier l’aménagement du poste source de Mongo Kamba 1. Dans cette localité, les équipements, appareils et infrastructures modernes installés ont été visités.  Cela a permis à Alphonse Itoua Ondongo, chef de service transport THT à Mongo Kamba1, d’expliquer aux visiteurs leur fonctionnement. La délégation s’est ensuite rendue au feeder de Saint-Jean-Bosco, aujourd’hui complètement décongestionné. « Hier, le feeder qui partait de Saint-Bosco  était surchargé à près de 99 %. Aux heures de pointe, il atteignait treize mégawatts. On était donc obligé de délester quelques postes sur ce feeder. Avec la pose du nouveau feeder, ce câble est venu décharger l’ancien de 70 %. Nous avons aussi maintenant la souplesse dans l’exploitation, ainsi, les délestages liés aux surcharges des câbles ont été de ce fait éradiqués. Tous les postes d’injection ont bénéficié de cette souplesse comme celui de Loango jadis surchargé et submergé », a dit Aurelien Founza, responsable QHSE E2C.

Avec les nouveaux feeders, les problèmes de baisse de tension et de délestages ne vont plus se poser comme auparavant. Toutefois, l’ajout de nouveaux postes de transformation, surtout dans les nouveaux quartiers, l’amélioration du circuit de distribution de l’électricité et l’augmentation de  la capacité  des transformateurs de Mongo-Kamba 1 demeurent le cheval de bataille de demain afin de mieux exploiter les quatre cent cinquante mégawatts que débitent la Centrale électrique du Congo, ont reconnu les agents de E2C à la fin des visites.

 Signalons que le Peedu est un projet cofinancé par le gouvernement congolais et la Banque mondiale.

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

Maurice Bouesso visitant les nouveaux équipements installés / Adiac

Notification: 

Non