Innovation : le Congo engagé dans la réforme de la recherche scientifique

Lundi 11 Novembre 2019 - 18:30

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le gouvernement a assuré, le 9 novembre, son implication dans le domaine de la recherche scientifique et de l’innovation, dans son message lu par le ministre de tutelle, Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou, en prélude à la célébration de la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement.

La journée a été célébrée le 10 novembre, sur le thème « La science ouverte, ne laisser personne pour compte » dans le monde.  

Au Congo, elle a été une occasion pour le gouvernement de rappeler son engagement et sa volonté à placer la science, la technologie et l’innovation au centre du développement socio-économique.

L’implication de celui-ci permettra d’améliorer la visibilité et la lisibilité des activités liées à la recherche et l’innovation autour des priorités nationales établies dans le programme national du développement, a expliqué le ministre.

A cet effet, les réformes se situent au niveau de la création des instituts de la recherche agronomique, de la recherche en sciences exactes et naturelles, la recherche forestière, la recherche en sciences de la santé, la valorisation des résultats de la recherche et de l’innovation ainsi que les structures privées, etc.   

L’objectif visé a été de réaffirmer le rôle moteur des sciences, de la technologie et de l'innovation dans la diversité de l’économie congolaise, participer à la diffusion d’une culture scientifique et ainsi susciter l’éveil pour les carrières et métiers scientifiques.

D’autres objectifs ont été d’établir un contrat social pour la science qui rende compte de l’importance du rôle de la science et l’innovation. 

Le développement va de pair avec la science

Le ministre a souligné que la science, la technologie et l’innovation constituent des outils multifonctionnels et des éléments clés de la réalisation des objectifs de développement d’un pays, et aujourd’hui, il est clairement établi qu’on ne peut parler de développement sans la science.

Abordant la question du concept de « science ouverte », Martin Parfait Aimé Coussoud Mavoungou a indiqué que ce concept est une démarche de l'innovation qui demande au gouvernement de contribuer et de faire de la science un bien commun au service de la communauté.

Il a, par ailleurs, réitéré l’implication des femmes et des jeunes dans la science pour l’obtention des prix d’excellence scientifique.  

Notons que la Journée mondiale de la science au service de la paix et du développement a été lancée en 2011, par l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture.

Elle souligne le rôle important de la science dans la société et la nécessité de faire participer le grand public aux débats sur les questions scientifiques émergentes ainsi que l’importance et la pertinence de la science dans la vie quotidienne.

   

Lydie Gisèle Oko

Légendes et crédits photo : 

Le ministre donnant lecture du message du gouvernement (DR)

Notification: 

Non