Inondations : les habitants de Mossaka et Makotimpoko dans le désarroi

Jeudi 5 Décembre 2019 - 13:45

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Plus d’écoles et de système de santé, plus de nourriture, des maisons et des quartiers entiers inondés, tout est presque déprimé dans les chefs-lieux des deux sous-préfectures des départements de la Cuvette et des Plateaux.

Les pluies qui s’abattent actuellement dans la partie septentrionale du pays font disparaître de la carte nationale, au fur et à mesure, certaines localités situées le long du fleuve-Congo. En effet, à Mossaka, dans la Cuvette, tout comme à Makotimpoko, dans les Plateaux, où la pirogue, le seul moyen de mobilité, a été transformée par certains en dortoir et ou en cuisine.

« Moi, pour aller dormir, je prends la pirogue pour monter au lit », a témoigné un habitant de Mossaka.

Le Premier ministre, Clément Mouamba, qui a conduit le 4 décembre une mission humanitaire dans cette partie du pays, a mesuré l’ampleur des dégâts, après avoir parcouru quelques kilomètres, bottes aux pieds. « Nous sommes, en effet, à Mossaka, mais avant d’y arriver, nous avons survolé Makotimpoko qui est totalement noyé, donc toutes les maisons sont inondées. Nous venons de voir le spectacle à Mossaka, ce que nous constatons, c’est dramatique. On nous laisse entendre qu’il y aura encore la montée des eaux, donc c’est une situation dramatique que vivent nos compatriotes de cette localité », a indiqué le chef du gouvernement.

A Mossaka, c’est le quartier administratif qui est le plus touché. Ainsi, certains édifices publics comme les écoles, l’hôpital et tant d’autres sont dans l’eau. Une situation qui pourrait se justifier, entre autres, par le fait que la digue érigée par les pouvoirs publics n’a pu couvrir toute la localité. « Je crois que nous avons fait un constat, cela confirme ce qui m’a été dit. Nous constatons que les choses sont vraiment sérieuses, tout est déprimé : il n’y a plus d’écoles, plus de système de santé, plus de maisons, pas de nourriture. C’est une situation extrêmement difficile sur tous les plans. Au regard de l’étendue de la catastrophe qui ne peut pas être évaluée, nous comptons sur la nature pour qu’il y ait décrue », a poursuivi Clément Mouamba, se félicitant de l’apport de certains partenaires dont les agences du système des Nations unies.

Réaffirmant l’engagement du gouvernement consistant à prendre toutes les mesures nécessaires pour soutenir la population sinistrée, le Premier ministre est conscient que la tâche ne sera pas aisée en cette période de crise. « Désormais, nous avons pris des dispositions pour soutenir, en plus des efforts fournis par le système des Nations unies, la population dans la mesure du possible et dans la mesure de nos moyens.  Nous avons emmené des produits pharmaceutiques, dans les prochains jours, un grand bateau accostera ici avec des vivres et non-vivres », a assuré Clément Mouamba, signalant également les mêmes difficultés dans la Cuvette ouest.

« Nous sommes physiquement à Mossaka, mais il faut que la population de la Likouala, des Plateaux et de la Cuvette ouest ainsi que celle de la Sangha comprenne qu’il s’agit d’une volonté d’aller partout même si nous ne pouvons pas le faire », a-t-il conclu.

Notons qu’à Makotimpoko, la situation est très préoccupante au regard de l’ampleur des dégâts. Selon des témoignages, c’est toute la localité qui est inondée. Certains symboles de la République tels le drapeau national flotte sur l’eau. Le seul site quelque peu épargné jusque-là est le camp des réfugiés de la République démocratique du Congo. Beaucoup de gens se seraient déjà partis se mettre à l’abri dans certaines localités environnantes comme Gamboma, Bouemba et autres.

Précisons que le Premier ministre était accompagné des ministres Antoinette Dinga Dzondo en charge des Affaires sociales, Raymond Zéphyrin Mboulou de l’Intérieur de la décentralisation, Jean Jacques Bouya de l’Aménagement et de l’équipement du territoire et Ingrid Olga Ghislaine Ebouka-Babackas du Plan, ainsi que la coordonnatrice résidente du système des Nations unies au Congo, Suze Percy Filippini.

Parfait Wilfried Douniama

Légendes et crédits photo : 

1-Le Premier ministre, Clément Mouamba et sa suite visitant Mossaka / Adiac 2- Une vue des habitations inondées à Mossaka /Adiac

Notification: 

Non