Insertion professionnelle : Azur développement aide les femmes et filles vulnérables à se prendre en charge

Samedi 4 Juillet 2020 - 18:02

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

 Plusieurs kits alimentaires ont été remis, le 3 Juillet,  à la mairie du 3e arrondissement Tié-Tié par l'ONG Azur développement  à plusieurs femmes  et filles vulnérables identifiées lors des sessions de sensibilisation initiées dans le cadre du projet « Promotion des droits et autonomisation économique des femmes et filles vulnérables ».

Sept femmes et filles vulnérables ont reçu des kits alimentaires composés essentiellement de sacs de farine, de riz, de manioc roui, de levure, d'huile, d'oignons, de boîtes de tomate, etc. afin qu’elles entreprennent des activités génératrices de revenu  pouvant assurer leur autonomie. Trente huit autres femmes et filles ont été placées dans diverses filières de formation professionnelle, notamment coiffure, couture, cuisine, pâtisserie, hôtellerie, décoration.

En effet, dans le cadre du projet « Promotion des droits et autonomisation économique des femmes et filles vulnérables » réalisé dans les départements de Brazzaville, de la Bouenza et de Pointe-Noire pendant une durée de trente mois, l’association Azur développement a reçu une subvention de l’Union européenne afin de réaliser ledit projet dont l’objectif principal a été de contribuer à l'insertion professionnelle des femmes et des filles.

Depuis 2017, Azur développement a mené des activités de sensibilisation, de formation et de promotion  des services de santé sexuelle et de la reproduction, du VIH-sida offertes par les centres de santé des six arrondissements de Pointe-Noire, de Brazzaville et des trois localités de la Bouenza à l’intention des femmes et jeunes filles victimes de violence, séropositives et économiquement défavorisées ainsi que les déplacées des zones de crise du Pool. Près de neuf mille ont suivi des sessions de sensibilisation sur  les droits sexuels et reproductifs, la prévention des grossesses précoces et non désirées, la planification familiale, les violences sexuelles, deux cent cinquante enseignants et  et le personnel de santé ont été également sensibilisés. Les centres de santé ont été soutenus et dotés des préservatifs, contraceptifs, des tests de dépistage du VIH-sida. Des émissions de radio ont été diffusées à l’endroit d’un large public  pour augmenter le taux de fréquentation  des services de santé sexuelle et de la reproduction. Le projet a permis aussi à plusieurs organisations féminines de bénéficier d’une formation sur la gestion des projets et la mobilisation des ressources, le plaidoyer et l’utilisation des ressources humaines. Près de cinq cents jeunes filles et femmes vulnérables sensibilisées vont bénéficier des opportunités de formation et des kits alimentaires pour mener à bien leurs activités génératrices de revenu.

En remettant les kits de produits alimentaires aux bénéficiaires, Mazel Akoli-Opina, secrétaire général de la mairie de Tié-Tié, a dit : « Il est temps pour vous de comprendre qu’on ne reçoit pas un équipement de ce genre pour l’ornement de sa maison, ou pour croiser les bras. Ce sont vos outils de travail  qui vont vous amener d’avoir des ressources de votre vie afin de vivre dignement et de quitter l’oisiveté ». Une exhortation que les bénéficiaires vont mettre à profit à l’instar d'Angèle Toutsi Youbi qui a dit : « Grâce à Azur développement, je vais sortir de la passivité  et aller de l’avant  avant de demander aux autres d’en faire autant et de suivre les conseils prodigués pour que ces kits soient  utilisés à bon escient.» Et d’ajouter : «En menant mon activité, je dois toujours penser à épargner mes revenus pour qu’en cas de faillite cette épargne me serve à me relancer ». Edwige Mfoutou, bénéficiaire de ces kits, a aussi loué l’initiative d’Azur développement. «Restez les bras croisés pour  une femme, ce n’est pas une bonne chose même si on est mariée. Ne compter que sur l’argent du mari n’est pas à encourager car, dans le couple, on doit se compléter pour faire face aux difficultés qui peuvent se présenter », a-t-elle ajouté. Princia Mavoungou, 25 ans, a suivi une formation en couture au quartier Mawata.  Aujourd’hui, elle se félicite d'avoir un métier qui va assurer son autonomisation.

Hervé Brice Mampouya

Légendes et crédits photo : 

Le secrétaire général de la mairie de Tié Tié remettant un kit d'installation à une bénéficiaire Crédit photo"Adiac"

Notification: 

Non