Institution d’appui à la démocratie : le mandat des hauts conseillers du Csac a expiré

Mardi 28 Janvier 2020 - 16:26

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Les états-majors des institutions et organisations concernées s’agitent déjà pour leur remplacement et des listes seraient déjà sur la table du chef de l’Etat.

Après huit années passées à la tête du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (Csac), les membres de la plénière de cette institution d’appui à la démocratie sont en fin de mandat. Actuellement, ces hauts conseillers bénéficient du glissement, étant donné que c’est depuis le mois d’août de l’année passée que leur mandat avait expiré.

A cette période, les états-majors des organisations politiques et sociales ainsi que d’autres institutions dont les organisations des médias, la magistrature, le barreau, l’Association des parents et élèves du Congo, les institutions publiques (présidence, gouvernement, parlement) bougent déjà avec les ambitions affichées pour le remplacement de cette équipe qui a assuré tant bien que mal la mutation de la Haute autorité des médias au Csac.

Et selon des sources, les listes de membres désignés seraient déjà prêtes et des noms circulent déjà pour assumer la charge de régulation des médias en RDC. Mais, bien que la loi ne précise pas expressément l’origine de celui qui devra conduire cette institution d’appui à la démocratie, l’expérience nous montre que ce sont les organisations du secteur des médias qui ont donné ceux qui ont jusque-là dirigé cette institution, notamment ses différents présidents.

Des listes sur la table du chef de l’Etat

Le directeur de cabinet du chef de l’Etat, Vital Kamerhe, avait annoncé, dans une de ses prestations, que la mise en place dans les institutions publiques commencera par les institutions d’appui à la démocratie parmi lesquelles il y a le Csac, la Commission électorale nationale indépendante, la Commission économique et sociale, la Commission nationale des droits de l’homme, etc. Pour ce qui est de certaines de ces institutions dont les directoires actuels sont déjà en fin de mandat, comme le Csac, des sources affirment que les listes pour le remplacement de ces derniers sont déjà sur la table du chef de l’Etat.

Et actuellement, à son niveau, le président de la République devra travailler avec ses conseillers dont son haut représentant et envoyé spécial Kitenge Yezu, à qui il devra prêter une oreille attentive, pour s’assurer que les personnes choisies par les différentes institutions remplissent bien les critères fixés pour accompagner le gouvernement dans la régulation saine et responsable des médias. Le choix judicieux des animateurs évitera à cette institution certains reproches qu' on lui a faits en son temps, sur le travail réalisé dans le cadre de sa mission et permettra, indique-t-on, à cette institution de jouer pleinement et convenablement son rôle dans l’enracinement de la démocratie dans le pays.

Lucien Dianzenza

Notification: 

Non