Intégration sous-régionale : la CEEAC veut se doter d’un hymne

Jeudi 1 Octobre 2020 - 18:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC), Gilberto Da Piedade Verissimo, a échangé le 1er octobre par visio-conférence avec le commissaire général du Fespam, Hugues Gervais Ondaye sur la possibilité de créer un hymne pour l’institution régionale.

« L’Afrique centrale a toujours été unie avec les royaumes Kongo et Téké, bien que durant les périodes sombres de notre histoire, notamment l’esclavage, les occidentaux aient mis une ligne de démarcation fictive entre nous, pour nous séparer », a déclaré le commissaire général du Fespam qui s’est félicité d’avoir été contacté pour accompagner la CEEAC dans son initiative.

En outre, le commissaire général du Fespam a précisé que « le développement de la CEEAC passe par une révision des curricula de façon à trouver nos marques d’antan… ». L’intégration, selon lui, passe par la mise en place d’une stratégie pour que la tactique s’applique. « L’hymne est une composition musicale qui consiste à célébrer un pays ou une institution en vue de contribuer à sa reconnaissance et à sa visibilité à l’international », a précisé Hugues Gervais Ondaye.

En effet, composer l’hymne d’un pays tient compte des identités culturelles de ce pays à travers l’émotion qu’elle suscite. La tâche est ardue, à plus forte raison quand il s’agit des cultures de onze Etats. Du point de vue de la structuration, il y a la production d’un texte, la composition de la mélodie, puis vient la musique pour obtenir la synchronisation de l’ensemble.

Plusieurs étapes rentrent dans le processus de création d’un hymne, selon Hugues Gervais Ondaye, à savoir : la rédaction des termes de référence ; le lancement d’un appel à candidature pour le choix de l’opérateur technique ; le choix du jury et le règlement intérieur du projet ; la détermination du prix ; l’appel à candidature pour les parties prenantes ; la réception et le dépouillement des dossiers; la soumission de trois propositions anonymes à la sanction des chefs d’Etat ; le Choix des chefs d’Etat ; la Cérémonie de cession des droits du producteur à la CEEAC ; et la traduction de l’hymne dans les langues de la sous-région.

La création d’un hymne a été également au cœur des échanges entre le président de la commission et la commissaire à la promotion du Genre, à l’intégration humaine et sociale, Kapinga Yvette-Ngandu. Le point d’orgue de cette séance de travail est la signature, dans un avenir très proche, d’un contrat entre la CEEAC et le Fespam pour une coopération plus efficiente.

Le président de la Commission de la CEEAC s’est dit pragmatique en vue d’obtenir les résultats probants. « L’Afrique centrale mérite d’avoir une identité. Nous devons avancer », a conclu l’ambassadeur Gilberto Da Piedad Verissimo. 

Yvette Reine Nzaba

Notification: 

Non