Interview. Malachie Ngouloubi : « MCN entend faciliter la publication d'ouvrages congolais »

Vendredi 20 Novembre 2020 - 13:25

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Ecrivain prolifique, critique littéraire et expert en économie, Malachie Cyrille Roson Ngouloubi vient de créer une nouvelle maison d’éditions à Brazzaville. Il en parle à travers cet entretien qu’il nous a livré.

Les Dépêches du Bassin du Congo(LDBC) : Pouvez-vous nous présenter la maison des Editions MCN ?

Malachie Cyrille Ngouloubi(MCN) : Les Editions MCN sont nées en janvier 2019. Nous publions toute œuvre à vocation scientifique, littéraire, de l’art, de la religion, etc. Notre maison est de renommée internationale et en coédition avec L’Harmattan-Paris. Nous travaillons en collégialité avec les organismes nationaux et internationaux pour la vente et la diffusion de nos produits en papier ou en numérique. Nous publions tous les manuscrits ou tapuscrits jugés publiables par un comité de lecture composé des spécialistes en tous les genres. MCN a pour siège Brazzaville avec des représentations à travers le monde.

LDBC : D’où vous est venue l’idée de créer cette maison d’édition ?

MCN : Quand je me suis lancé dans la production de mes premières œuvres, j’avais rencontré des difficultés de tous ordres. Je m’étais alors décidé dès lors de créer ma propre maison d’éditions.

LDBC : Comment faire pour se faire éditer chez vous ? : Nous recevons les manuscrits ou tapuscrits des hommes et des femmes. Ces documents, une fois déposés chez nous, ils sont remis au comité technique pour avis.  Le déposant reçoit une notification pour l’avis, soit favorable, soit l’avis défavorable ou refus. Si l’avis est favorable, le manuscrit ou tapuscrit entre dans le circuit de la publication. L’auteur intervient sur toute la chaîne de publication selon la nature du contrat. Nos services sont les moins coûteux.

LDBC : Quelle est la durée de traitement de vos publications ?

MCN : La durée de traitement varie selon le genre, la densité et la qualité du produit. Nos services se battent pour qu’une œuvre traitée ne mette pas trop de temps dans le circuit de publication.  La durée maximale est de six mois et minimale de trois mois. L’auteur doit respecter les termes du contrat et les exigences liées à la production.  La durée du produit en dépend. Et la durée de réception des livres après la commande est fixée entre deux à trois semaines.

LDBC : Parlez-nous de votre partenariat, de la promotion et de la diffusion des œuvres ?

LDBC : Combien de livres avez-vous déjà publiés et combien sont en cours de publication ?

MCN : En littérature, nous avons trois livres déjà publiés, dont un recueil de contes et deux recueils de nouvelles. Nous avons en plus cinq recueils de poèmes et un recueil de nouvelles en cours de publication. En science, nous avons des livres en cours sur la comptabilité, la microfinance, la banque, l’assurance. En religion, nous en avons deux.

LDBC : Un souhait ?

MCN : Notre souhait est de recevoir davantage de projets de livres pour aider les hommes et les femmes à les produire et les aider à faire la promotion de leurs œuvres. Surtout ceux qui hésitent encore par rapport aux conditions de production qui paraissent rédhibitoires et sombrent dans l’anonymat. Je lance cet appel singulièrement aux auteurs congolais et autres dits « en herbe », faites-nous parvenir vos manuscrits pour les revoir d’ici peu sur le marché du livre ou dans les rayons des bibliothèques.

Propos recueillis par Aubin Banzouzi

Légendes et crédits photo : 

Photo:l'écrivain Congolais Roson Ngouloubi

Notification: 

Non