Italie: un sénateur accuse le père de Cécile Kyenge de lui avoir jeté un sort

Jeudi 21 Août 2014 - 19:14

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Roberto Calderolli remet ça : ses vacances étaient sans doute trop ennuyeuses. Il a tout fait pour enflammer la toile et il a réussi.

Si jamais quelqu’un avait douté que les hommes politiques n’aimaient pas être ignorés trop longtemps par les médias, il n’y a qu’à suivre la nouvelle trouvaille de Roberto Calderolli. L’homme est vice-président du sénat italien, membre du parti raciste de la Ligue du Nord et bête noire déclarée de l’ex-ministre Cécile Kyenge Kashetu. C’est lui qui avait traité cette Italo-congolaise, aujourd’hui députée européenne, d’orang-outan. La classe politique en avait été choquée, lui avait dû s’en excuser, en attendant que le tribunal tranche.

Mais apparemment il passe des vacances ennuyeuses. Cette fois, il s’en prend à Mme Kyenge avec une trouvaille des plus originales. Il paraît qu’il a trouvé mercredi matin dans sa cuisine à Mozzo, près de Bergame en Lombardie  où il habite, un long serpent qu’il a tué. En présentant la photo sur son profil Facebook, il l’a agrémenté du commentaire : « je ne suis pas superstitieux, mais après les « makumba » (macumba, fétiche de la religion vaudoue – Ndlr) que le papa de Cécile Kyenge a fait contre moi, il m’est arrivé de tout ! ».

Il n’en fallait pas plus pour que l’opinion et la toile s’enflamment, prenant position pour et contre, dans tous les sens. Calderolli, coutumier des faux dérapages racistes, explique : « Vous semble-t-il normal de trouver un serpent de deux mètres dans la cuisine d’une maison à Mozzo ? ». Pour lui, un tel animal ne peut être arrivé là que par sorcellerie depuis la République démocratique du Congo où le clan des Kyenge tramerait contre lui ! Le ton (le sien) est moquerie, mais l’affaire ne fait pas rire grand monde.

Dès l’instant où l’information a paru sur la toile, plus de quatre cents réactions ont fusé pour s’indigner des provocations continuelles de l’homme ou pour compatir avec lui. Mais des écologistes s’en sont aussi mêlés pour dénoncer le fait qu’il ait tué un serpent innocent, appartenant à une espèce européenne protégée. Commentaire sec d’un internaute : Calderolli décidément est « un exalté ; un politicien qui ne connaît pas les lois en vigueur dans son pays ou dans sa bien-aimée région ».

Lucien Mpama