Journée internationale de la jeunesse : des défis au cœur des débats

Mardi 13 Août 2019 - 17:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Dans le cadre de cette journée, l’Association congolaise pour l’assistance a organisé, le 12 août à Brazzaville, sous la houlette de son président, Séraphin Christ-Yoan Ibiliki Bokoumaka, une conférence-débat sur les problèmes de la jeunesse.

L’objectif de cette conférence-débat était double : faire avec les acteurs, notamment les partenaires au développement et le ministère de la Jeunesse et de l’Education civique, un bilan à mi-parcours ; échanger et débattre sur le thème général « Jeunesse congolaise : quels droits et responsabilités dans le développement », et attirer l’attention de la communauté nationale et internationale sur les problèmes de la jeunesse.

Dans son mot de circonstance, le président de l’ACA, Séraphin Christ-Yoan Ibiliki Bokoumaka, a rappelé que l’assemblée générale des Nations unies a décidé en 1999 de commémorer le 12 août de chaque année la Journée internationale de la jeunesse. Vingt ans après, jour pour jour, après la première édition, les problèmes perdurent dangereusement contre la jeunesse. « La journée internationale 2019 examinera comment les gouvernements, les jeunes et les organisations dirigées par les jeunes et axées sur les jeunes ainsi que d’autres acteurs transforment l’éducation pour en faire un outil puissant permettant de réaliser le programme 2030 pour le développement durable », a-t-il déclaré.

Cette rencontre a permis de faire le point sur les efforts de rendre l’éducation plus inclusive, accessible à tous les jeunes. Elle a été aussi l’occasion pour les participants d’entendre de vive voix les avancées significatives faites par le gouvernement et certains partenaires de l’Etat. Dans les longs exposés précédant le jeu des questions-réponses, et de façon ramassée, plusieurs intervenants ont présenté chacun son bilan et fait une projection de sa politique en la matière. Il s’agit de Florentine Okoni, anthropologue et experte en projet culturel ; Marcellin Dokekias, secrétaire général de la Commission nationale congolaise pour l’Unesco, et du conseiller à la jeunesse auprès du ministère de la Jeunesse et de l’Education civique, Flavien Zamba.

L’humanité compte aujourd’hui, rappelons-le, plus de 1,8 milliard de personnes âgées entre 10 et 24 ans. L’Afrique, qui a la population la plus jeune au monde, compte à elle seule plus de 200 millions de personnes âgées entre 15 et 24 ans. La République du Congo compte 5,2 millions d’habitants, dont près de 70% ont moins de 45 ans. Comme nous pouvons le comprendre, les jeunes constituent la couche la plus importante de l’humanité. Malheureusement d’après les Nations unies, 24 millions d’entre eux ne sont pas scolarisés et un enfant sur dix dans le monde vit dans les zones de conflits. L’instabilité politique, les défis du marché de travail et l’accès limité à la participation politique et civique ont conduit à un isolement croissant des jeunes dans les sociétés.

Guillaume Ondzé

Légendes et crédits photo : 

les participants

Notification: 

Non