Journée mondiale de l’alimentation : 820 millions de personnes souffrent de faim

Lundi 14 Octobre 2019 - 20:15

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

En prélude à la célébration de l'événement, l'Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l'agriculture (FAO) a organisé, le 14 octobre à Brazzaville, une journée portes ouvertes.

Au programme de l'activité, un atelier avec les médias et les jeunes agri-preneurs sur la production saine des aliments ; un atelier avec le personnel soignant et non soignant sur l’équilibre alimentaire ; ainsi que la présentation des modèles innovants : agriculture numérique, avant la visite guidée des jardins hors sol de la FAO.

« A l’heure actuelle, alors que plus de 800 millions de personnes souffrent de la faim, plus de 670 millions d’adultes et 120 millions de filles et de garçons (de 5 à 19 ans) sont obèses, et plus de 40 millions d’enfants de moins de 5 ans sont en surpoids, atteindre l’objectif Faim Zéro d’ici à 2030, ce n’est pas juste de s’attaquer au problème de la faim dans le monde, c’est aussi nourrir les personnes et prendre soin de la planète », indique la FAO.

Le thème de cette année met l’accent sur l’innocuité et la salubrité des aliments. A cet effet, une équipe des participants à la marche sportive pour la Journée mondiale de l’alimentation, organisée le samedi dernier, s’est rendue au marché Total pour sensibiliser les commerçants qui vendent à même le sol pour des raisons peu convaincantes.

La représentante de la FAO est revenue sur une série de mesures pour que les produits alimentaires soient vendus dans de bonnes conditions. Au cours des échanges, l’insalubrité qui règne dans les restaurants de fortune a également été mise en cause.

Au Congo, l’obésité a augmenté du fait du système hormonal, de la sédentarité, surtout à cause de l’alimentation qui est une porte ouverte à des maladies, a souligné la représentante de la FAO, Suze Percy Filippini. « Aujourd’hui, nous avons tendance à négliger les bonnes pratiques et à prioriser les aliments transformés. Malheureusement ces produits sont nocifs pour la santé », a-t-elle prévenu.

Suze Percy Filippini a profité de l’occasion pour tirer la sonnette d’alarme et mettre le cap sur ces questions en vue de sensibiliser à une « alimentation saine ». « L’association de régimes alimentaires malsains et de modes de vie sédentaires ont entraîné l’escalade des taux d’obésité, non seulement dans les pays développés, mais aussi dans les pays à faible revenu où la faim et l’obésité coexistent souvent », a souligné l’agence onusienne.

Au cours de cette journée, la cheffe de la FAO a relevé l’importance de la sécurité et de l’équilibre alimentaire ainsi que les conséquences de la mauvaise alimentation en cas de suralimentation et de sous-alimentation.

Cette année, la Journée mondiale de l’alimentation lance un appel à l’action à tous les secteurs afin que tous puissent bénéficier d’une nourriture saine et durable à des prix abordables. Le but est de gérer au mieux son alimentation. Pour ce faire, les gouvernants doivent, selon la FAO, investir dans la nutrition et mettre en place les bonnes pratiques axées sur une alimentation plus saine et à des prix abordables.

Ces politiques devraient permettre aux petits exploitants et aux agriculteurs de diversifier la production et de contribuer à des systèmes alimentaires durables, à sensibiliser le public et les professionnels de la nutrition et à orienter les interventions comme l’alimentation et la nutrition scolaires, l’aide alimentaire, les achats publics de nourriture et les réglementations sur la commercialisation, l’étiquetage et la publicité des aliments.

Josiane Mambou Loukoula

Légendes et crédits photo : 

Photo1: La présidium au cours de l'atelier Photo2: visite guidée des jardins hors sol

Notification: 

Non