Journée nationale de l’arbre : trois cent soixante-treize plants mis en terre à Ouesso

Vendredi 8 Novembre 2019 - 17:09

Abonnez-vous

  • Augmenter
  • Normal

Current Size: 100%

Version imprimableEnvoyer par courriel

Des plants de bambous et de terminalia mantalys ont été officiellement plantés dans le chef-ieu du département de la Sangha, à l’occasion de l'événement célébré le 6 novembre de chaque année.

Placée sur le thème « Verdir nos cités pour lutter contre le changement climatique et les érosions », la trente-troisième Journée nationale de l'arbre a été l’occasion pour le ministre de l’Equipement et de l’entretien routier, Emile Ouosso, de poser son acte civique en plantant le premier terminalia mantaly sur la berge du port de Ouesso.

« Le planting d’arbres sur les berges de la Sangha permettra de les stabiliser pour que la ville de Ouesso ne soit plus exposée à des érosions comme cela se passe un peu partout dans le monde avec le dérèglement climatique », a indiqué Emile Ouosso. Il a souligné l’importance de planter des arbres très racinaires pour stabiliser le sol et renforcer toutes les plates-formes de la berge du port et de la plage de Ouesso.

Au cours de cette édition, sur une superficie de 2,5 hectares, au total cent soixante-dix-neuf plants de bambous ont été plantés pour prévenir les érosions, précédé de cent vingt plants de terminalia mantaly qui, selon Oscar Kibima, chef de bureau de planification de la direction départementale de l’Economie forestière, formeront une haie de vivre tout le long des plants de bambous. Il sied de souligner que cent plants, toutes essences confondues, ont été donnés à la sous-préfecture de Mokeko, soixante-quatorze à la zone militaire de Ouesso pour la célébration de cette journée.

« La mission du gouvernement, qui dans sa politique environnementale souhaite contribuer à la lutte contre le changement climatique et la pauvreté, mais aussi dans la lutte contre les érosions. Le sol est une ressource non renouvelable qui, lorsqu’il subit une forte érosion, est perdu à l’échelle des millénaires. Aujourd’hui, l’érosion des sols participe à plusieurs grands problèmes environnementaux qui perturbent nos villes », a affirmé Oscar Kibima, avant de remercier Gilbert Mouanda Mouanda, préfet du département de la Sangha, pour sa contribution multiforme dans l’organisation de cet événement.

« Planter c’est bien, cependant, suivre et entretenir c’est mieux », a-t-il indiqué, déplorant: « Les arbres plantés l’année dernière au cours de la  trente-deuxième édition n’ont pas tous survécu. Certains enclos qui ont servi à la protection de ces arbres ont été emportés par des citoyens inciviques. C’est pourquoi, parallèlement, une opération de regarnissage est prévue à cette occasion par nos services ».

Pour mémoire, la Journée nationale de l’arbre est une initiative du président de la République, Denis Sassou N’Guesso, lorsqu’il planta le 6 mars 1984 le premier arbre millénaire du massif du Congo. Depuis lors, le 6 novembre de chaque année, tout citoyen congolais a le devoir civique de planter un arbre, conformément aux dispositions de la loi portant institution de cette journée.

Josiane Mambou Loukoula

Légendes et crédits photo : 

Photo: Emile Ouosso plantant un arbre

Notification: 

Non